Équipe du carnet

CONTRIBUTEURS

     2018-2019:
Nora GALLANDLeila HAGHSHENAS,

     2017-2018:
Asmaa AOUJILCharlène CRUXENTClotilde DE FOUCHECOUR,
Nadhir DOUIDINora GALLANDLeila HAGHSHENAS,
Bérénice ROUAZE-BATTISTINI

 

  • Asmaa AOUJIL est inscrite en sixième année de doctorat au sein de l’IRCL (UMR 5186 CNRS), laboratoire de l’École Doctorale 58 de l’université Paul Valéry – Montpellier 3.
    Sa thèse, préparée sous la direction de Christian Belin (PR) porte sur la première version du Coran en français, et plus spécifiquement sur le travail d’André Du Ryer (1580-1672), premier traducteur de L’Alcoran de Mahomet (1647). Cette thèse s’intéresse à la difficulté de la traduction des textes religieux et notamment le Coran, réputé particulièrement intraduisible. La première traduction, de l’arabe en français, du texte religieux musulman vise à ce que les chrétiens du XVIIème siècle puissent tirer un profit intellectuel et spirituel de la lecture du texte coranique. Cette action n’aurait pu être possible sans marquer une césure nette avec le legs du Moyen Âge. Ainsi, Du Ryer ouvre la voie au dialogue, en mettant le français classique de l’époque au service de ce texte mystérieux et complexe, une voie royale à ce qui allait devenir l’orientalisme.
    Asmaa Aoujil a enseigné le français en tant que contractuelle dans plusieurs lycées et collèges de l’Hérault. Étant arabisante, elle s’intéresse à la traduction des textes religieux arabes en français ainsi qu’à l’orientalisme et à l’humanisme.

 

  • Charlène CRUXENT est inscrite en quatrième année de doctorat au sein de l’IRCL (UMR 5186 CNRS), laboratoire de l’Ecole Doctorale 58 de l’université Paul Valéry – Montpellier 3.
    Elle prépare une thèse sous la codirection de Nathalie Vienne-Guerrin (PR) et Jean-Christophe Mayer (DR) qui a pour objet d’étude l’utilisation et la formation des surnoms / appellations non-officielles dans les œuvres de William Shakespeare. Ce travail de recherche, qui porte une attention particulière aux aspects socioculturels de la première modernité, est une tentative de théorisation de l’utilisation des surnoms dans les œuvres du dramaturge anglais. Ses recherches actuelles l’amènent à s’intéresser à la littérature, le langage, l’onomastique et l’anthropologie de la Renaissance.

    Grâce à l’octroi d’une bourse Erasmus, elle a bénéficié d’une année d’étude à l’université de Cambridge (Royaume-Uni) où elle s’est initiée à la paléographie et la philosophie humaniste. Elle a présenté ses recherches lors de différentes manifestations scientifiques et a pris part à plusieurs projets de recherche européens et internationaux (« New Faces : Facing Europe in Crisis », « Scene stealing / Ravir la Scène »). Elle s’est investie activement dans la vie de son université en organisant notamment la journée des doctorants (2016) pour son laboratoire de recherche, et en mettant en place Polymorphe, le Carnet de recherche de l’ED 58, en collaboration avec  sa collègue Nora Galland.

 

  • Clotilde DE FOUCHECOUR est une ancienne élève de l’Ecole Normale Supérieure (Ulm). Elle est inscrite en première année de Doctorat d’Histoire Contemporaine au sein du laboratoire C.R.I.S.E.S. de l’Ecole Doctorale 58 de l’Université Paul Valéry – Montpellier III, sous la direction de Jean-François Muracciole (PR).
    Ses recherches portent sur la manière dont les Français Libres et de Gaulle, en tant que chef de la France Libre, de la France Combattante puis du Gouvernement Provisoire de la République se sont trouvés confrontés à la « Question de la Palestine » du 18 juin 1940 au 26 janvier 1946. Ce travail, qui relève de l’histoire dite « connectée », nécessite le croisement d’archives réparties sur plusieurs fonds, français et étrangers, et l’articulation des parcours personnels, de l’histoire diplomatique et des données du Renseignement. Ce travail vise à mettre en lumière certains aspects de ce que l’on pourrait appeler la « préhistoire » de la relation franco-arabo-israélienne et peut-être son « inconscient ». Clotilde de Fouchécour a organisé en 2014 avec la Fondation Charles de Gaulle un colloque international sur « De Gaulle et le Liban, les Libanais et de Gaulle : regards croisés sur une relation ». Elle a publié dans la revue Commentaire et la revue Espoir. Elle est membre du Comité de Rédaction du Bulletin de l’Association des Familles de Compagnons de la Libération et membre du Conseil d’Administration de l’Association des Amis de la Bibliothèque Orientale de Beyrouth.

    Publication:
    DE FOUCHECOUR, Clotilde, BITAR, Karim (dir.), Le Cèdre et le chêne. De Gaulle et le Liban. Les Libanais et de Gaulle, Paris, Geuthner, 2015, 550 p.

 

  • Nadhir DOUIDI est doctorant en Sciences du Langage, au sein du laboratoire de Sociolinguistique, d’anthropologie des pratiques langagières et de didactique des langues-cultures (DIPRALANG), rattaché à l’Ecole doctorale 58, de l’Université Paul Valéry – Montpellier 3.
    Après une formation initiale scientifique, il s’est intéressé à la question de l’enseignement-apprentissage universitaire francophone, et a rejoint les bancs du département de français de l’Université de Tlemcen (Algérie) puis ceux du département de Sciences du langage de l’Université Paul Valéry – Montpellier 3, jumelée avec la première. Suite au Master Recherche « Sociolinguistique et didactique des langues-cultures », et au Master « Didactique du Français langue étrangère et seconde (FLE/FLS)» qu’il a obtenus à Montpellier, son expérience d’une année en tant qu’enseignant de FLE à l’Université Al Aasriya de Nouakchott (Mauritanie) lui a permis d’explorer de nouveaux horizons en didactique du français à l’université, particulièrement dans les filières supérieures scientifiques, techniques et de santé.

    C’est pourquoi son sujet de thèse, qu’il prépare depuis la rentrée 2017 sous la codirection de Bruno Maurer et d’Azzeddine Mahieddine, s’insère dans une problématique très actuelle en Sciences du langage: le Français sur Objectif Universitaire, dont les enjeux sont particulièrement liés à l’enseignement-apprentissage du français à l’université, mais aussi aux phénomènes de massification des effectifs et aux mobilités universitaires.

 

  • Nora GALLAND est professeure agrégée d’anglais et doctorante contractuelle rattachée à l’IRCL (UMR 5186 CNRS), laboratoire de l’Ecole Doctorale 58 de l’université Paul Valéry-Montpellier 3.
    En première année de doctorat, elle prépare une thèse sur l’injure raciste dans le théâtre de Shakespeare et ses contemporains sous la codirection de Nathalie Vienne-Guerrin (PR) et Jean-Christophe Mayer (DR). Elle travaille sur la théorie de l’injure en privilégiant une approche pragmatique et en se concentrant sur son utilisation dans le contexte littéraire et théâtral. Elle s’intéresse également à la théorie critique de la race, au racisme et plus largement à la dialectique de l’identité et de l’altérité.

    Liste non-exhaustive des publications:
    – « Name-calling the Egyptian Queen in Antony and Cleopatra: a case in point of the distortion of Africa through the racial slur “gypsy” ». Shakespeare en devenirLes Cahiers de La Licorne, N°12 – 2017.

    – « The Abnormality of the Strange Alien or “this thing of darkness I /Acknowledge mine” (5.1.275-6) in The Tempest by William Shakespeare » dans N’Guessan, Kouadio Germain (ed.) Ecriture de l’anormalité. Lome Togo : Presses Universitaires de Lome, 2017. pp.61-71.
    – « Le surprenant Macbeth de Mnouchkine : entre démystification et remystification », dans Les Cahiers Shakespeare en devenir – Les Cahiers de La Licorne – L’Œil du Spectateur, 6, 2014.

 

  • Leila HAGHSHENAS est actuellement ATER (Attachée Temporaire  d’Enseignement et de Recherche) à l’université de Lorraine et doctorante en cinquième année de thèse au sein d’EMMA (Études Montpelliéraines du Monde Anglophone), une des unités de recherche de l’École Doctorale 58 de l’université Paul Valéry – Montpellier 3.
    Sa thèse, préparée sous la direction de Christine Reynier (PR), a pour thématique les représentations de l’altérité dans les œuvres littéraires de Leonard Woolf (1880-1969). Ce travail de recherche vise à mettre en valeur l’engagement littéraire de Leonard Woolf à la lumière de son rapport à l’autre. Leila s’intéresse à la mythologie, l’orientalisme et la philosophie orientale. Elle s’est également pleinement investie dans la vie de son laboratoire de recherche en participant aux journées de doctorants, à des séminaires d’EMMA, et en organisant des journées d’études. De plus, elle a déjà présenté ses travaux de recherche lors de conférences en France et à l’étranger.

    Publications scientifiques:
    – « Baring Lives in “A Tale Told by Moonlight” », Études britanniques contemporaines, 53 (2017), http://journals.openedition.org/ebc/3762

    – « The Aesthetics of Mutability in The Village in the Jungle » (1913), Angles: French Perspectives on the Anglophone World, 4 (2016), http://angles.edel.univ-poitiers.fr/index.php?id=821
    – « The Aesthetics of Humility in The Village in the Jungle », The Humble in 19th-, 20th- and 21st-Century British Literature and Arts. eds. Isabelle Brasme, Jean-Michel Ganteau and Christine Reynier, Montpellier: PULM, series Horizon anglophones/Present Perfect, 2017, 251-263.

 

  • Bérénice ROUAZE-BATTISTINI est doctorante en première année au Centre de Recherche Interdisciplinaire en Sciences Humaines et Sociales (C.R.I.S.E.S), laboratoire rattaché à l’Ecole Doctorale 58 de l’Université Paul Valéry – Montpellier 3.
    Sa thèse, intitulée « Etude des mobilisations autour de la mémoire de la guerre chimique au Vietnam » se déroule sous la direction du Pierre Journoud (PR). En parallèle, elle travaille en tant qu’assistante d’éducation dans un lycée et dispense des cours d’histoire contemporaine en tant que vacataire à l’UFR 3 de l’Université Paul Valéry. Ses recherches portent sur les épandages de produits chimiques organisés par les Etats-Unis lors de la guerre du Vietnam de 1961 à 1971, ainsi que sur les différentes mobilisations qui se sont mises en place afin de dénoncer ces faits. Ce travail permet de repérer les différents obstacles rencontrés par les dénonciateurs de l’Agent Orange dans un contexte international en évolution, et par conséquent, de comprendre les rouages et les freins qui peuvent caractériser un sujet en voie de devenir un problème public. Bérénice participe également aux activités de la fondation AFAPE (Association Française pour l’expertise de l’Agent Orange et des Perturbateurs Endocriniens), nouvellement créée, et qui cherche à sensibiliser l’opinion publique à cette problématique.

 

COMITÉ SCIENTIFIQUE