L’accès aux archives diplomatiques et nationales françaises

Bérénice Rouaze-Battistini

  • Se préparer avant consultation des archives

     Avant de se rendre aux différents sites d’archives, il est important de savoir que certains dossiers ne sont consultables qu’à la condition d’être en possession d’une dérogation spéciale. Cette dernière doit être demandée auprès des sites des archives et peut s’accompagner d’un délai de réponse relativement long (3 mois minimum). C’est pourquoi il est impératif de se renseigner sur la disponibilité des documents que vous souhaitez consulter avant même de vous rendre sur place, en contactant, soit par mail soit par téléphone, les sites où sont conservés les cartons que vous souhaitez compulser[1]: cela pourra vous faire gagner beaucoup de temps !

     Ce procédé est plus facile à réaliser auprès des archives nationales qui proposent sur leur site internet une salle des inventaires virtuelle[2]. Cette dernière permet d’accéder à un répertoire des différents dossiers en leur possession, ainsi que des comptes-rendus très complets des divers documents présents dans chaque carton d’archive. Cette salle des inventaires est également présente aux archives diplomatiques de la Courneuve[3] mais ne permet pas de commander les documents à l’avance.

  • Les sites d’archives nationales et diplomatiques

     Les archives nationales rassemblent trois sites différents qui s’organisent selon plusieurs thématiques. Le premier est le site de Pierrefitte-Sur-Seine qui héberge les archives datant de l’après Révolution française ainsi que de nombreux fonds documentaires d’origine privée. Le second lieu se trouve à Paris même et est chargé de la conservation des archives publiques datant du Moyen-âge et de l’Ancien Régime, ainsi que des archives des notaires de Paris, tout en abritant le Musée des archives nationales. Enfin, le dernier site est celui de Fontainebleau qui  rassemble davantage d’archives privées d’architectes, de dossiers de carrières de fonctionnaires, de dossiers de naturalisation effectués depuis la seconde moitié du XXe siècle, mais regroupe également des archives audiovisuelles et électroniques ainsi que des fonds spéciaux (contentieux du Conseil d’État, dossiers de la cour des comptes, etc.). Soyez conscient.e.s que ce dernier site n’est pas facile d’accès : en raison de dégradations importantes du bâtiment, il a fait l’objet d’une fermeture au grand public et la consultation des archives ne se fait que sur rendez-vous. N’hésitez pas à demander une lettre de votre directeur.trice de thèse afin d’appuyer votre demande.

      Les archives diplomatiques sont conservées à la Courneuve. Vous y trouverez des archives provenant principalement de la direction centrale du ministère des Affaires Étrangères. Vous aurez notamment accès à différents traités passés par la France, à des correspondances officielles de ministres et de leur administration depuis le XVIIIe siècle, à des documents privés d’hommes d’état et de diplomates, mais aussi à des archives orales, des cartes anciennes et une importante bibliothèque.  D’autres archives diplomatiques incluant des textes traitant des représentations de la France à l’étranger peuvent être consultées à Nantes.
Ces différents sites d’archives nationales sont ouverts à des horaires précis et assez courts, n’étant accessibles que de 9h à 16h45. dLe site de la Courneuve n’ouvre sa salle de lecture que de 10h à 17het les archives de Nantesouvrent leurs portes de 9h à 18h. Ces horaires vous impose d’être stratégique. Ne lisez pas l’intégralité des documents, prenez-les en photos pour les étudier ensuite.

  • L’inscription et l’accès aux archives       

     Afin d’accéder aux salles de lecture pour consulter des cartons d’archives, il est impératif de s’inscrire à l’accueil des différents sites. Pour cela, il faut se munir d’une pièce d’identité et présenter brièvement le sujet de vos recherches. Le personnel administratif vous remettra ensuite une carte de lecteur valable un an.

     Il vous est alors demandé de laisser vos affaires personnelles dans un casier. Pour accéder à la salle de lecture, n’emportez avec vous que le strict nécessaireles stylos, les post-it, la nourriture, l’eau ainsi que les pochettes d’ordinateurs et d’appareils photos sont interdits.

     Il faut ensuite vous rendre à la salle des inventaires pour réserver vos documents si vous ne l’avez pas fait à l’avance via les sites des archives nationales. En commandant vos documents à l’avance, vous gagnerez en efficacité. Par ailleurs, le nombre de dossier auquel vous pouvez accéder est restreint (entre 6 à 8 cartons). Une fois que vos commandes vous seront apportées, ce qui prend environ trente minutes, vous pourrez vous rendre en salle de lecture.

     Un règlement doit être respecté une fois dans la salle de lecture. Vous ne pouvez pas vous asseoir où bon vous semble : une place vous est attribuée par le personnel sur place. Le personnel vous apportera ensuite vos commandes et vous ne pourrez consulter vos archives qu’un carton à la fois. Le président de la salle reste disponible pour vous aider ou répondre à une éventuelle question.

 

Bérénice Rouaze-Battistini

 

 

[1] https://www.diplomatie.gouv.fr/fr/archives-diplomatiques/acceder-aux-centres-des-archives-diplomatiques/contacter-les-archives-diplomatiques/

http://www.archives-nationales.culture.gouv.fr/web/guest/infos-pratiques

https://www.diplomatie.gouv.fr/fr/archives-diplomatiques/acceder-aux-centres-des-archives-diplomatiques/site-de-nantes/

[2] http://www.archives-nationales.culture.gouv.fr/web/guest/salle-des-inventaires-virtuelle

[3] https://www.diplomatie.gouv.fr/fr/archives-diplomatiques/s-orienter-dans-les-fonds-et-collections/fonds-et-collections-d-archives/article/portail-de-rechercher-et

Doctorat et gestion du temps

Nadhir Douidi

Ce billet sur la méthodologie de la thèse s’adresse à celles et ceux qui sont en quête perpétuelle de moyens de motivation, ou qui trouvent dans leur thèse une belle et rare opportunité de surmenage et d’épuisement, psychologique et physique. Ni les un.e.s ni les autres ne peuvent évidemment s’épanouir…

  • À la recherche du temps perdu

     Gérer son temps fait partie, implicitement, de la formation du doctorant. C’est une véritable compétence que vous pourriez avec fierté valoriser sur votre CV, preuves à l’appui.

Souvent, vous avez l’impression de ne pas être productif, alors même que vous avez passé une journée entière devant votre écran d’ordinateur. Dans ce cas-là, posez-vous la question suivante : qu’avez-vous fait concrètement ?

Si on voudrait résumer une journée-type d’un.e. doctorant.e., on pourrait la présenter ainsi :
– Ouvrir son compte sur les réseaux sociaux
– S’informer de l’actualité
– Répondre à ses e-mails
– Discuter au téléphone (ou discussion de couloir avec des collègues)
– Pause-café
– Vérifier (de nouveau) ses e-mails
– Ah, j’oubliais presque : ouvrir son fichier Word pour commencer ou reprendre la rédaction
– Pause-déjeuner
– Chercher un article sur Internet, ou une thèse en bibliothèque
– Pause-café
– Etc.
Cette liste est longue, variable, et non exhaustive; l’essentiel est que la journée est bientôt terminée, et qu’il faut maintenant faire autre chose que « sa thèse ».

J’exagère un peu, ou pas. Ce qui est certain, c’est que le temps que nous passons à travailler est extrêmement réduit. Tant d’éléments perturbateurs, voulus ou non, viennent freiner le bon déroulement de la thèse. Il est difficile, voire impossible, de se consacrer entièrement à sa thèse, car la liste susmentionnée comporte des situations inévitables et indispensables aussi.

Mais réussir à réserver un nombre minimum d’heures dédiées à la rédaction de sa thèse est tout à fait concevable. Je vais donc partager avec vous mon secret : c’est la méthode Pomodoro.

En réalité, cette méthode n’a de secret -ou d’étrange- que son nom ! Connue et utilisée par beaucoup, elle existe même sous forme d’applications sur Smartphones. De quoi s’agit-il ?

Son principe est simple : cela consiste à démarrer un minuteur de sorte que le temps écoulé soit divisé en une séquence qui comporte quatre séries successives de périodes de travail et de courtes pauses. Par exemple: au démarrage du minuteur, vous travaillerez pendant 25 minutes, puis vous vous reposerez pendant 5 minutes, puis vous travaillerez pendant 25 minutes, et ainsi de suite, jusqu’à ce que deux heures de temps se soient écoulées. Après chaque séquence, vous vous reposerez pendant 15 minutes. De cette manière, vous aurez travaillé 25 minutes multipliées par 4, soit 1 heure et 40 minutes exactement.

Mais ce n’est pas tout : lorsque vous travaillerez, prenez soin de vous concentrer pleinement sur ce que vous faites, en mettant votre téléphone en mode silencieux, en vous déconnectant de Facebook, et même en vous interdisant de consulter vos courriels, si importants soient-ils.

Vous pouvez donc installer sur votre smartphone des applications qui utilisent la technique Pomodoro, ou ouvrir dans votre navigateur une page sur l’un des nombreux sites qui y sont consacrés. Je vous conseillerais le site suivant : http://www.minuteur-en-ligne.fr/minuteurs-pomodoro

Les chiffres 25, 5 et 15 sont un exemple, et ne constituent qu’une moyenne. Ils ont certainement été inspirés des résultats du test de vigilance conçu pendant la seconde guerre mondiale par le psychologue britannique Norman Mackworth (1917–2005). D’après ses conclusions, la vigilance commence à décroître après 30 minutes de concentration.

Mais rien ne vous empêche d’être à l’écoute de votre propre rythme de travail. Vous pouvez donc modifier ces périodes, en augmentant par exemple le nombre de minutes passées à travailler, ou en accroissant la durée des pauses (30 minutes au lieu de 15 par exemple). Selon une étude réalisée grâce au logiciel Desktime, qui a consisté à mesurer, sur la base de millions d’enregistrements d’activités numériques, le temps consacré aux distractions et au travail exigeant une forte concentration, il apparaît que les personnes les plus performantes ont suivi la structure de 52 minutes de travail suivies d’un repos de 17 minutes.

Les analyses menées grâce à Desktime ont également démontré que ces individus se reposaient loin de leur écran d’ordinateur. Par conséquent, lors de la pause, prenez de bons reflexes : buvez de l’eau, levez-vous, marchez, respirez… et surtout évitez de répondre à vos courriels ou d’avoir une conversation téléphonique.

Toujours est-il que les personnes les plus productives ont aussi leurs limites. L’expérience a en effet montré qu’il est très difficile de dépasser six heures de travail par jour. En fin de journée, comptabilisez combien de temps vous avez passé à travailler. Si vous avez atteint ces six heures, vous pourrez alors rentrer chez vous, ou sortir vous balader. En tout cas, votre journée a été bien remplie et votre nuit de sommeil n’en sera que meilleure.

  • Le temps retrouvé

     Quand on est épuisé, quand on a la flemme de travailler, quand on n’a pas trop le moral, il faut se rappeler qu’un doctorant est aussi (et avant tout, surtout) un humain .  Si dans les situations urgentes le plus sage est de se forcer de rédiger, on peut, pour éviter de se culpabiliser et de se noyer dans les remords et regrets, se (re-)mettre à travailler en se limitant aux tâches qui ne nécessitent pas de fournir de gros efforts de concentration. Le principe est simple : pour être efficace, profitez des moments où vous êtes le plus en forme et le plus motivé pour travailler sur les choses qui vous passionnent le moins, en cas de fatigue -morale ou physique-, consacrez-vous à ce qui, naturellement, vous intéresse. Par exemple : en ce qui me concerne, comme mon profil psychologique est de type “méthodique”, je laisse de côté la rédaction et je dessine des schémas, je réorganise mon plan de rédaction, ou je fais des lectures sur la méthodologie de recherche, ce qui me demande moins d’efforts de concentration.

Cela suppose donc de respecter son rythme de vie et de s’écouter. La thèse n’est pas -seulement- un dépassement de soi : elle est aussi une opportunité pour mieux se connaître. Vous pourriez, comme le faisait le sociologue Howard Becker, vous imposer la rédaction de deux pages par jour. Mais vous pouvez aussi avoir votre propre rythme de travail, en rédigeant moins que deux pages par jour, par exemple. L’essentiel, c’est de respecter une certaine discipline et une certaine régularité.

  • Il n’y a pas que la thèse dans la vie !

     Parfois, faire une coupure n’apporte que du positif. Sachez prendre des périodes de repos bien méritées. Au pays du Soleil levant, tristement connu pour le surmenage au travail, les directeurs de grandes entreprises consacrent souvent un jour de repos hebdomadaire, en se ressourçant grâce au sauna, complété d’un repas frugal en bonne et nombreuse compagnie…

Respecter un jour de repos par semaine est essentiel. Vous pouvez travailler dur toute la semaine, mais ménagez-vous ce créneau hebdomadaire où vous ne penserez point à votre thèse, cela vous fera le plus grand bien.

Deux ou trois fois par an, ou au rythme des vacances scolaires, sachez aussi prendre plusieurs jours de repos de suite. Mais faites cela sans penser à quoi que ce soit qui se rapporte, de près ou de loin, à votre thèse.

Outre ces quelques conseils sur la gestion du temps, il est important aussi d’avoir une alimentation saine, équilibrée, de pratiquer une activité physique régulière, et de s’entourer de personnes qui n’appartiennent pas qu’au monde universitaire.

Si votre cercle d’amis est restreint, rappelez-vous le titre de cette oeuvre de Marcel Proust : La lecture est [aussi] une amitié. Ayez d’autres lectures que celles liées à votre thèse. On croit souvent, à tort, qu’il s’agit d’une perte de temps. La littérature, en vous enrichissant culturellement, en vous permettant de vous évader aussi, vous permet d’améliorer votre expression écrite, et d’avoir un style d’écriture moins rigide, plus agréable à lire.

 

Nadhir Douidi

 

Référence

http://letempsreconquis.fr/concentration-et-attention-en-profondeur-duree-ideale/ , consulté le 03/05/2018 à 20h13.

 

Combattre le syndrome de la « page blanche » : remue-méninges et carte mentale

Nadhir Douidi

  • La méthode du remue-méninges (brainstorming)

       Si le-la doctorant.e doit régulièrement faire part à son directeur.trice de thèse de l’avancée de sa rédaction, la méthodologie d’écriture représente pour beaucoup un sujet quasi tabou dans la relation doctorant-encadrant.e. Peut-être que parce que lors de la soutenance, aucun des membres du jury ne sera intéressé par les processus mis en œuvre pour aboutir au travail « fini » que constitue la thèse. Il se peut également que la méthodologie de rédaction soit considérée comme acquise, le doctorant étant censé l’avoir développée et maîtrisée pendant ses années passées dans l’enseignement secondaire.

Or, ce qu’un.e jeune thésard.e appréhende le plus, c’est justement la rédaction de sa thèse. D’ailleurs, on fera à celui-ci/celle-ci autant de remarques sur le contenu de sa recherche que sur son propre style d’écriture. C’est pourquoi mes premiers billets s’attacheront à partager ma propre expérience d’écriture. Mais pas seulement. J’aborderai aussi d’autres questions, l’environnement de travail, la gestion du temps, et la notion de « cercle de la lecture » – selon l’expression d’Élie Ayache [1].

Nous avons tous et toutes été confronté.e.s au phénomène angoissant de la page blanche, qui consiste notamment à regarder sur l’écran de son ordinateur une page « Word » blanche, vide, et à garder les doigts sur le clavier en espérant qu’une muse descende des cieux, nous insufflant une inspiration débordante. Naturellement, rien ne se passe…

Un premier conseil à donner au-à la doctorant.e : soyez productifs. Plus facile à dire qu’à faire ? Non, pas tant que cela… La productivité commence par prendre conscience de ses propres limites, et de s’efforcer de les dépasser. Comment ? En laissant libre cours à son expression verbale, sans velléité de censure.

La méthode la plus appropriée est celle du remue-méninges (ou brainstorming, en anglais).

Prenez une feuille de papier, un tableau, tout support qui vous permet de rédiger (préférez l’écriture manuelle que sur ordinateur). Notez, au centre de la feuille, votre mot-clé. Ce dernier peut être un terme, une expression, une phrase courte. Mettez par écrit maintenant toutes les idées et les images qui vous traversent l’esprit, même si celles-ci ne semblent pas directement liées à votre sujet ou thématique de recherche. En effet, la faculté mentale de l’imagination suppose de ne pas s’autocensurer, de ne pas s’imposer de limites. Exemple : votre sujet de thèse est « l’effet de la météo sur la motivation dans le travail ». Vous serez donc probablement amené.e à noter des termes tels que météo, motivation, travail, études, beau temps, extérieur, intérieur, soleil, pluie, temps clair, temps gris, etc. Mais si l’image de pique-nique vous apparaît, n’hésitez surtout pas à la noter !

L’autre intérêt de la technique du remue-méninges est de procéder à des associations d’idées. Vous pouvez le faire sur une deuxième feuille de papier. Là aussi, ne réfléchissez pas à ce qu’il faut noter ou pas, mais écrivez sans modération. Vous pouvez indifféremment partir du général au particulier, ou l’inverse, du spécifique, au plus général.

Une fois toutes vos idées mises sur papier, vous pourrez désormais filtrer, supprimer, ajouter ou modifier vos notes. Il est aussi possible d’associer encore une fois d’autres termes ou expressions, qui au départ ne semblaient pas forcément liées entre elles. Cette technique s’avère également utile pour élaborer des fiches de lecture, sujet dont nous parlerons dans un prochain billet.

Un autre problème qui peut se poser à certains est le manque de concentration, ou la facilité à être distrait ou perturbé par des stimuli ou facteurs internes (formalités administratives longtemps délaissées, courses à faire pour la semaine, famille ou amis à appeler…) ou externes (désordre sur le bureau, vaisselle à faire…). Pour ma part, étant quelqu’un d’extrêmement distrait, notamment par l’environnement immédiat, j’ai trouvé la « parade » : c’est la méthode Pomodoro, que je présenterai dans un billet à venir.

  • La carte mentale

       La méthode du remue-méninges renvoie communément à la méthode de la carte heuristique, appelée aussi carte mentale, carte des idées, arbre à idées, schéma de pensée. La pratique des cartes mentales comme aide à la rédaction de thèse est une méthode prouvée et approuvée ; en témoigne par exemple une formation doctorale prévue cette année même à l’Université de Nantes « Utiliser des cartes mentales pour son doctorat ». Dans sa recherche, Loïc Avry, auteur de la thèse intitulée « Analyser les conflits territoriaux par les représentations spatiales : une méthode cognitive par cartes mentales » (2012), met en avant l’intérêt des cartes mentales qui dépasse même ses finalités pédagogiques, avec des enjeux économiques importants.

L’origine des cartes mentales remonte au Moyen-Age. On retrouve ainsi, chez le philosophe Ramon Llull (clin d’œil à la Bibliothèque de Lettres de l’Université Paul Valéry-Montpellier !) le dessin d’un arbre (l’arbre des sciences) dont certaines parties du tronc et des branches représentent certaines formes géométriquesqui ont pour but est de relier des concepts entre eux.

Lulle, R. (1295). Arbre de ciència.
http://data.bnf.fr/14480861/raymond_lulle_arbre_de_ciencia/#other-ressources

La carte mentale, comme son nom l’indique, reprend le principe du fonctionnement du cerveau : cela consiste, à la manière d’une toile d’araignée (ou, pour les arachnophobes, à la manière de la toile internet…), à tisser des liens entre plusieurs concepts, proches ou éloignés les uns des autres, à effectuer ensuite un tri entre ces concepts, puis à créer de nouveaux rapports, et ainsi de suite. La carte mentale se substitue de manière efficace et productive au texte linéaire ; elle respecte donc le fonctionnement de la faculté de penser, qui n’est ni chronologique, ni linéaire.

Les avantages de la carte mentale sont multiples : elle stimule, de manière complémentaire, les deux hémisphères du cerveau, et surtout l’hémisphère droit qui est le moins sollicité chez la plupart des gens et qui permet la représentation mentale au moyen d’images. Son intérêt va bien au-delà du simple remue-méninges dont je vous ai parlé au début de l’article.

Elle est utile pour ceux qui, comme moi, préfèrent les représentations visuelles. Elle favorise la mémorisation, l’apprentissage, le transfert de connaissances, la production d’hypothèses. Son utilisation peut concerner la prise de notes, le résumé, la structuration de projet, la révision, la mémorisation, etc.

Hormis la feuille de papier ou le tableau blanc, différents modèles numériques de cartes mentales existent, pour tous les systèmes d’exploitation : payants, gratuits, versions d’essai, en ligne. En fonction de vos besoins et envies, vous seriez attirés par l’un ou l’autre. Pour ma part, j’ai une préférence pour l’outil Freeplane : libre et gratuit, il permet de sauvegarder les cartes mentales sur son propre ordinateur ; il suffit juste de télécharger le logiciel ici, et de l’installer. Certains outils de cartes mentales en ligne permettent aussi un travail collaboratif à distance.

Passons maintenant à la pratique ! Notez votre idée centrale au milieu. La carte mentale se lit, par convention, de haut en bas, et dans le sens horaire. Pour faciliter le remue-méninges, nécessaire au départ, posez-vous les fameuses questions :qui ? quoi ?  ? quand ? comment ? combien ? et pourquoi ? (CQQCOQP). Les réponses à ces sept premières interrogations vous permettront de développer des branches radiantes qui donneront ensuite des ramifications selon une certaine hiérarchie. Après ce premier travail de remue-méninges qui opère par divergence (expression libre des idées) et par convergence (regroupement par catégories), vous procéderez à une structuration en catégories plus grandes (en évitant de dépasser neuf catégories). Enfin, préférez des mots-clés (noms, verbes) aux phrases, même si elles sont courtes. Cela vous épargnera la lecture textuelle et vous facilitera ainsi l’association d’idées. N’hésitez pas à utiliser des types et tailles de police différentes, des couleurs, des images.

Exemples de carte mentale en ligne sur http://www.wisemapping.com/

 

Carte heuristique Composantes de la situation d’enseignement-apprentissage, René Richterich (1985, pp. 6-8)

 

       En guise de conclusion (que nous pourrions tout à fait proposer pour les prochains billets), sortez des méthodes traditionnelles, libérez-vous du conformisme méthodologique, soyez un.e jeune chercheur.e indépendant.e et libre !

 

Nadhir Douidi

 

 

[1]Elena Georgieva, « La thèse du lecteur. L’écriture d’après la lecture », Acta fabula, vol. 9, n° 5, Mai 2008, URL : http://www.fabula.org/acta/document4144.php, page consultée le 16 mars 2018.

Références

Avry, L. Analyser les conflits territoriaux par les représentations spatiales : une méthode cognitive par cartes mentales. Thèse en Géographie. Université Rennes 2, 2012. Français. 〈NNT : 2012REN20032〉〈tel-00808779〉

La croisée approche optimale (2018). L’efficacité de la carte mentale. Disponible à l’adresse : http://www.mondeveloppement.com/fr/efficacite-de-la-carte-mentale.html , page consultée le 29 mars 2018.

URFIST de Paris. Cartes heuristiques : éléments théoriques et usages en contexte universitaire. Publié le 8 mars 2012. Disponible à https://fr.slideshare.net/URFISTParis/cartes-heuristiques-11922447 , page consultée 29 mars 2018.

URFIST de Rennes. Utiliser les cartes heuristiques pour l’enseignement et la recherche. Publié le 23 avril 2014. URL: https://fr.slideshare.net/UrfistRennes/stage-cartes-heuristiques-20140417-33839009 , page consulté le 29 mars 2018.