Témoignage: les étapes de la thèse de doctorat

Claire McKeown vient d’Ecosse et vit en France depuis 2010. Elle enseigne l’anglais à l’Université de Lorraine et la littérature scandinave à l’Université de Strasbourg. Elle vient de soutenir une thèse de doctorat intitulée “L’implacable lumière du nord : l’impressionnisme littéraire chez les auteurs scandinaves et britanniques à la fin du XIXe siècle”.
Entretien mené par Leila HAGHSHENAS.

Financer sa thèse grâce au contrat doctoral

Nadhir DOUIDINora GALLAND

Le contrat doctoral est une possibilité de financement de la thèse qui est très difficile à obtenir en sciences humaines et sociales en raison du nombre restreint de postes et de son haut niveau d’exigence. Vous trouverez dans ce billet quelques conseils afin de vous guider dans votre démarche.

Il faut préparer votre candidature avec soin et rigueur afin de mettre toutes les chances de votre côté. Vous ne pouvez poser votre candidature à ce type de contrat que dans les six mois qui suivent votre inscription en première année de doctorat. Il est donc impératif de prendre le temps de réaliser votre projet de thèse avant le début de votre doctorat.

Gardez également à l’esprit qu’un bon dossier se prépare dès la première année d’études supérieures et se construit sur la durée. Vos expériences professionnelles, diplômes, concours, stages, publications et formations seront autant d’atouts dans votre CV pour vous faire sortir du lot.

Les offres de contrats doctoraux sont publiées sur le site des écoles doctorales mais aussi sur des sites internet consacrés à l’actualité de la recherche en sciences humaines et sociales en France, comme OpenEdition dont Calenda et Hypothèses, Recherche en France (de CampusFrance) et Adum. D’autre part, la création d’alertes est possible sur ces portails.

  • Différents types de contrats doctoraux selon le type de financement

     Différents types de contrats existent selon l’organisme ou les institutions participant au financement (universités, collectivités territoriales, écoles supérieures…). Il est important de faire la différence entre un contrat doctoral et un contrat CIFRE (Convention Industrielle de Formation par la Recherche) qui est un contrat de travail en C.D.I qui engage le doctorant à remplir des fonctions précises au sein d’une entreprise qui lui laisse une part de temps libre pour travailler sur sa thèse. Parmi les contrats doctoraux les plus fréquents, vous trouverez :

– le contrat doctoral unique conformément aux dispositions de l’article 3 du décret du 23 avril 2009 qui est financé seulement par l’école doctorale de l’université ; le candidat choisit lui-même son sujet et présente son projet de thèse
– le contrat « fléché », aussi appelé contrat « colorié » ou encore « à thématique » qui est cofinancé par les collectivités territoriales, dont la région, et l’école doctorale l’université ; le candidat doit s’adapter à un besoin sociétal et choisir parmi une liste de sujets proposés

Vous trouverez l’intégralité du texte du décret ci-dessous pour plus de renseignements :

Décret n° 2009-464 du 23 avril 2009 relatif aux doctorants contractuels des établissements publics d’enseignement supérieur ou de recherche

Le Premier ministre,

Sur le rapport de la ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche et du ministre du budget, des comptes publics et de la fonction publique,
Vu le code de l’éducation, notamment son article L. 612-7 ;
Vu le code de la recherche, notamment son article L. 412-2 ;
Vu la loi n° 2001-397 du 9 mai 2001 relative à l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes ;
Vu le décret n° 84-431 du 6 juin 1984 modifié fixant les dispositions statutaires communes applicables aux enseignants-chercheurs et portant statut particulier du corps des professeurs des universités et du corps des maîtres de conférences ;
Vu le décret n° 86-83 du 17 janvier 1986 modifié relatif aux dispositions générales applicables aux agents non titulaires de l’Etat pris pour l’application de l’article 7 de la loi n° 84-16 du 11 janvier 1984 portant dispositions statutaires relatives à la fonction publique de l’Etat ;
Vu le décret n° 2000-815 du 25 août 2000 modifié relatif à l’aménagement et à la réduction du temps de travail dans la fonction publique de l’Etat et dans la magistrature ;
Vu le décret n° 2007-1915 du 26 décembre 2007 pris en application de l’article L. 811-2 du code de l’éducation et fixant les conditions de recrutement et d’emploi des étudiants au sein des établissements publics d’enseignement supérieur ;
Vu l’avis du comité technique paritaire ministériel de l’enseignement supérieur et de la recherche en date du 8 avril 2009,
Décrète :

Article 1 Afin d’encourager la formation à la recherche et par la recherche des diplômés de l’enseignement supérieur au niveau du doctorat et de faciliter leur orientation tant vers les activités de recherche que vers d’autres activités de l’économie, de l’enseignement et de la culture, les établissements publics mentionnés à l’article 2 du présent décret peuvent, en application des dispositions de l’article L. 412-2 du code de la recherche, recruter des étudiants inscrits en vue de la préparation d’un doctorat par un contrat dénommé « contrat doctoral ». Le recrutement et l’exercice des fonctions du doctorant contractuel s’effectuent dans les conditions prévues par le présent décret.

Article 2 Les doctorants contractuels sont recrutés par les établissements publics à caractère scientifique, culturel et professionnel, les établissements publics administratifs d’enseignement supérieur, les établissements publics scientifiques et technologiques et les autres établissements publics administratifs ayant une mission statutaire d’enseignement supérieur ou de recherche.

Article 3 Le président ou le directeur de l’établissement recrute le doctorant contractuel par contrat d’une durée de trois ans, sur proposition du directeur de l’école doctorale, après avis du directeur de thèse et du directeur de l’unité ou équipe de recherche concernée.

Le contrat doctoral est écrit, il précise sa date d’effet qui doit intervenir au plus tard six mois après la première inscription en doctorat, sauf dérogation du conseil scientifique de l’établissement employeur, son échéance et l’objet du service confié au doctorant contractuel. Le cas échéant, est précisée la nature des activités autres que les activités de recherche liées à la préparation du doctorat que le doctorant contractuel accepte d’exercer. La liste de ces activités peut être modifiée chaque année par avenant.

Le contrat peut comporter une période d’essai d’une durée de deux mois. Durant cette période, le contrat peut être rompu par l’une ou l’autre des parties, sans indemnité ni préavis, par lettre recommandée avec accusé de réception.
Si l’inscription en doctorat n’est pas renouvelée, il est mis fin de plein droit au contrat de doctorant contractuel au terme de la première ou de la deuxième année du contrat, dans les conditions et avec les indemnités prévues aux titres XI et XII du décret du 17 janvier 1986 susvisé.

Article 4 La durée annuelle de travail effectif des doctorants contractuels est fixée par le décret du 25 août 2000 susvisé.

Article 5 Conformément aux stipulations du contrat doctoral prévues au deuxième alinéa de l’article 3, le président ou le directeur de l’établissement arrête le service du doctorant contractuel chaque année sur proposition du directeur de l’école doctorale, après avis du directeur de thèse et du directeur de l’unité de recherche ou de l’équipe de recherche concernée et avis du doctorant contractuel.
Le service du doctorant contractuel peut être exclusivement consacré aux activités de recherche liées à la préparation du doctorat ou inclure, outre ces activités de recherche, un service annuel égal au sixième de la durée annuelle de travail effectif fixée par le décret du 25 août 2000 susvisé et consacré aux activités suivantes :
― enseignement dans le cadre d’une équipe pédagogique, pour un service égal au plus au tiers du service annuel d’enseignement de référence des enseignants-chercheurs, défini à l’article 7 du décret du 6 juin 1984 susvisé ;
― diffusion de l’information scientifique et technique ;
― valorisation des résultats de la recherche scientifique et technique ;
― missions d’expertise effectuées dans une entreprise, une collectivité territoriale, une administration, un établissement public, une association ou une fondation.

Aucune heure ni aucun service complémentaire lié à l’une de ces activités ne peut lui être confié.
Lorsque les doctorants contractuels assurent un service d’enseignement, ils sont soumis aux diverses obligations qu’implique cette activité et participent notamment au contrôle des connaissances et aux examens relevant de leurs enseignements. L’exécution de ces tâches ne donne lieu ni à une rémunération supplémentaire ni à une réduction des obligations de service fixées au présent article.
Les activités autres que celles consacrées aux travaux de recherche accomplis en vue de la préparation du doctorat peuvent être effectuées dans un établissement différent de celui qui emploie le doctorant contractuel. Cette modalité est subordonnée à la conclusion d’une convention entre l’établissement dont relève l’intéressé, le doctorant contractuel et l’établissement d’accueil. Cette convention prévoit la définition des activités confiées au doctorant contractuel, leurs modalités d’exécution et d’évaluation, ainsi que la contribution versée par l’établissement d’accueil au profit de l’établissement qui emploie l’intéressé.

Article 6 L’établissement employeur s’assure que le doctorant contractuel bénéficie des dispositifs d’encadrement et des formations utiles à l’accomplissement de l’ensemble des missions qui lui sont confiées.
Ces dispositifs de formation sont inscrits dans le plan de formation de l’établissement employeur.

Article 7 Ce contrat peut être prolongé par avenant pour une durée maximale d’un an si des circonstances exceptionnelles concernant les travaux de recherche du doctorant contractuel le justifient. Cette prolongation est prononcée par le président ou le directeur de l’établissement au vu de la demande motivée présentée par l’intéressé, sur proposition du directeur de l’école doctorale après avis du directeur de thèse et du directeur de l’unité ou équipe de recherche concernée.

Article 8 Si, durant l’exécution du contrat, le doctorant a bénéficié d’un congé de maternité, de paternité, d’un congé d’adoption, d’un congé de maladie d’une durée supérieure à quatre mois consécutifs ou d’un congé d’une durée au moins égale à deux mois faisant suite à un accident de travail, la durée du contrat peut être prorogée par avenant si l’intéressé en formule la demande avant l’expiration de son contrat initial. La durée de cette prorogation est au plus égale à la durée du congé obtenu dans la limite de douze mois.

Article 9 Sous réserve des dispositions des articles 7 et 8 du présent décret, la durée totale des fonctions exercées en qualité de doctorant contractuel ne peut excéder quatre ans dans un ou plusieurs des établissements mentionnés à l’article 2 du présent décret.

Article 10 Les dispositions du décret du 17 janvier 1986 susvisé, à l’exception des articles 1er, 1-2, 1-3, 1-4, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 22, 28, 28-1, 29, 45 et des titres VIII bis, IX, IX bis et IX ter, sont applicables aux personnels régis par le présent décret. Une commission consultative est instituée par le règlement intérieur de chaque établissement pour connaître des questions d’ordre individuel relatives à la situation professionnelle des doctorants contractuels. Elle comporte, en proportion égale, des représentants du conseil scientifique et des représentants élus des doctorants contractuels. Cette commission rend des avis motivés au chef d’établissement. Elle peut être saisie à l’initiative de tout doctorant contractuel ou du chef d’établissement.

Article 11 Pour l’ouverture des droits à congés, l’ancienneté des doctorants contractuels est décomptée à partir de la date à laquelle le contrat en cours a été initialement conclu.

Article 12 La rémunération minimale des services mentionnés à l’article 5 est fixée par arrêté des ministres chargés de l’enseignement supérieur, de la recherche et du budget.

Article 13 A modifié les dispositions suivantes :

Modifie Décret n°2007-1915 du 26 décembre 2007 – art. 8 (V)

Article 14 A abrogé les dispositions suivantes :

– Décret n°85-402 du 3 avril 1985

Art. 1, Art. 2, Art. 3, Art. 4, Art. 5, Art. 6, Art. 7, Art. 8, Art. 9, Art. 10

– Décret n°89-794 du 30 octobre 1989

Art. 1, Art. 2, Art. 3, Art. 15, Sct. TITRE Ier : Moniteurs recrutés parmi les allocataires de recherche., Art. 4, Art. 5, Art. 6, Art. 7, Sct. TITRE II : Allocataires-moniteurs-normaliens., Art. 8, Art. 9, Art. 10, Art. 11, Art. 12, Art. 13, Art. 14

Toutefois, les allocataires de recherche et les moniteurs de l’enseignement supérieur qui sont en fonction à la date de publication du présent décret demeurent régis par les stipulations du ou des contrat(s) qu’ils ont souscrit(s) conformément aux dispositions du décret du 3 avril 1985 et du décret du 30 octobre 1989 susmentionnés et rémunérés conformément aux dispositions des arrêtés pris sur leur fondement pour la durée de leur engagement restant à courir.

Article 15 La ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche, le ministre du budget, des comptes publics et de la fonction publique et le secrétaire d’Etat chargé de la fonction publique sont chargés, chacun en ce qui le concerne, de l’exécution du présent décret, qui sera publié au Journal officiel de la République française.

Fait à Paris, le 23 avril 2009.

N’oubliez pas que pour poser votre candidature auprès d’une école doctorale, il faut impérativement que le centre de recherche auquel vous souhaitez être rattaché fasse partie de l’école doctorale en question. Dans le cas d’un doctorat en cotutelle, vous pouvez donc candidater dans les deux universités.

  • Le profil recherché pour être doctorant.e contractuel.le

     Vous devez tout d’abord avoir un dossier universitaire excellent. Les étudiants ayant fait un ou deux ans en CPGE (Classes Préparatoires aux Grandes Ecoles) sont souvent privilégiés pour leur méthode de travail et leur culture générale. Avoir obtenu des diplômes (Licence.s, DEUG, Master.s) avec mention « Très Bien » ainsi qu’être lauréat de concours nationaux (l’agrégation en particulier) est également important pour montrer au jury votre rigueur et votre grande capacité de travail. Une copie du relevé de notes pour l’année de Master 2 vous est également demandé.

Notez qu’il est possible pour les candidats agrégés, certifiés et normaliens stagiaires de faire valider leur stage en tant que doctorant contractuel avec charge d’enseignement (plafonnée à 64 heures de TD par année universitaire).

Le mémoire de recherche du M2 est demandé dans le dossier écrit qui constitue la première étape de la candidature. Vous devez en fournir un exemplaire électronique après l’avoir relu et corrigé avec l’aide de vos directeurs. Sans une mention « Très Bien » au mémoire, les chances d’être retenu sont pratiquement nulles.

Il vous faut aussi avoir déjà choisi des directeurs de thèse afin de leur demander de vous rédiger une lettre de recommandation. Vous devez donc avoir convaincu votre directeur de la pertinence de votre projet de thèse avant de commencer votre dossier de candidature à un contrat doctoral. Pour cela, entamez les premières démarches environ un an à l’avance. Il faut prévoir plusieurs rendez-vous avec votre directeur de thèse ainsi que le directeur du centre de recherche auquel vous souhaitez être rattaché (il s’agit du même laboratoire qu’au moins l’un de vos directeurs si vous en avez plusieurs). Enfin, le circuit des signatures des pièces demandées au dossier (directeur.s de thèse, directeur du centre de recherche, directeur de l’école doctorale…) reste l’entière responsabilité du doctorant et vous engage à prévoir suffisamment de temps pour obtenir toutes les signatures nécessaires avant la date limite de dépôt du dossier.

En cliquant sur le lien ci-dessous, vous trouverez le tableau récapitulatif des pièces demandées pour candidater à un contrat doctoral au sein de l’ED58 :
Doc1

  • Première étape : la réalisation du projet de thèse écrit

     Vous devez rédiger un petit dossier précis et percutant pour présenter votre projet de thèse en insistant sur la pertinence de votre problématique, le choix de votre corpus, la cohérence de la méthodologie adoptée avec votre sujet, la précision de votre cadre théorique ainsi que sur l’impact sociétal que votre thèse peut avoir.

Il est également nécessaire d’expliquer votre projet professionnel et la mesure dans laquelle votre candidature à un contrat doctoral s’insère dans un plan de carrière pensé et réfléchi.

Vous devez ensuite montrer que vous avez fait des recherches sur l’école doctorale et en particulier le centre de recherche que vous souhaitez rejoindre. Il est attendu que vous fassiez le lien entre votre projet de thèse et les axes de recherche de votre centre afin de mettre en avant le fait que votre recherche s’intégrera parfaitement dans le cadre des priorités du centre en question.

N’hésitez pas à faire mention de votre participation à des conférences, colloques, journées d’étude, ateliers, séminaires ou programmes scientifiques internationaux auxquels vous avez participez comme intervenant ou membre du comité d’organisation.

Voici le document qui est utilisé par le jury pour évaluer le dossier de candidature écrit :

FICHE D’ÉVALUATION PROJET ÉCRIT – Contrats Doctoraux 20….

Nom et prénom du candidat : ________________________________

A. Maîtrise du sujet de thèse Note proposée : … / 30

A.1. Problématique

Pas posée du tout /–1–/–2–/–3–/–4–/–5–/–6/ Très bien posée

A.2. Hypothèses/Objectifs

Pas posées du tout /–1/–2/–3–/–4–/–5–/–6–/Très bien posées

A.3. Définition des principaux concepts

Pas satisfaisant /–1–/–2–/–3–/–4–/–5–/–6–/Très satisfaisant

A.4. Argumentation théorique

Pas du tout claire /–1–/–2–/–3–/–4–/–5–/–6–/Très claire

A.5. Originalité du travail (dans sa globalité)

Très peu /–1–/–2–/–3–/–4–/–5–/–6–/Tout à fait

B. Maîtrise de la méthodologie et du recueil des données Note proposée : …/ 18

B.1. Description de la méthode

Très confuse /–1–/–2–/–3–/–4–/–5–/–6–/Très bien décrite

B.2. Justification de la méthode

Peu claire /–1–/–2–/–3–/–4–/–5–/–6–/Tout à fait claire

B.3. Collecte des données

Très confus /–1–/–2–/–3–/–4–/–5–/–6–/Très bien décrit

C. Insertion dans l’unité de recherche Note proposée : …. / 12

C.1. Thématique générale

Très confus /–1–/–2–/–3–/–4–/Très bien décrit

C.2. Axe de recherche

Très confus /–1–/–2–/–3–/–4–/Très bien décrit

C.3. Lien et transfert dans le monde économique et social

Très confus /–1–/–2–/–3–/–4–/Très bien décrit

D. Faisabilité et valorisation Note proposée : …. / 15

D.1. Echéancier

Très confus /–1–/–2–/–3–/–4–/–5–/Très bien décrit

D.2. Valorisation

Absente /–1–/–2–/–3–/–4–/–5–/ Très précise

D.3. Conditions pratique pour la mise en oeuvre du projet

Très confus /–1–/–2–/–3–/–4–/–5–/Très bien décrit

—————————————–

NOTE TOTALE: ….. / 75

Avis général :

Proposé pour l’audition : OUI / NON. Réservé pour l’audition : OUI / NON. Opposé à l’audition : OUI / NON

Rapporteur:

NOM : ………………………… Prénom : ……………………

Signature

  • Deuxième étape : l’audition devant le conseil de l’école doctorale

     Si votre dossier a retenu l’attention du jury, vous serez sélectionné pour passer une audition face au conseil de l’école doctorale. Elle se déroule en deux étapes : vous aurez dix minutes pour faire un exposé et le jury aura ensuite dix minutes pour vous poser des questions.

Le conseil de l’école doctorale est composé d’enseignants-chercheurs faisant partie des différents centres de recherche de l’école doctorale mais aussi des doctorants élus pour un mandat de deux ans. Le conseil de l’ED 58 regroupe environ une vingtaine de personnes, il faut donc se préparer à prendre la parole devant une salle pleine sans se laisser déstabiliser.

Il vous est conseillé de vous entraîner à l’oral avec votre directeur de thèse pour votre exposé ainsi que pour les dix minutes de questions. Afin de vous présenter à cette audition bien préparé, il faut être capable de justifier votre bibliographie, votre cadre théorique ainsi que vos choix méthodologiques. Les questions qui vous seront adressées peuvent porter sur un détail ou avoir une dimension plus générale.

Voici le document qui est utilisé par le jury pour évaluer l’audition :

FICHE D’ÉVALUATION PRESTATION ORALE – Contrats Doctoraux 20….

Nom et prénom du candidat : ________________________________

A. Maîtrise du sujet de thèse Note proposée : … / 10

A.1. Problématique

Pas posée du tout /–1–/–2–/–3–/–4–/–5–/ Très bien posée

A.2. Hypothèses/Objectifs

Pas posées du tout /–1/–2/–3–/–4–/–5–/Très bien posées

B. Maîtrise de la méthodologie Note proposée : …/ 10

B.1. Description de la méthode

Très confuse /–1–/–2–/–3–/–4–/–5–/Très bien décrite

B.2. Collecte des données

Très confus /–1–/–2–/–3–/–4–/–5–/Très bien décrit

C. Insertion dans l’unité de recherche Note proposée : …. / 5

C.1. Axe de recherche

Très confus /–1–/–2–/–3–/–4–/–5–/Très bien décrit

D. Faisabilité et valorisation Note proposée : …./ 10

D.1. Echéancier et moyens de réaliser la thèse

Très confus /–1–/–2–/–3–/–4–/–5–/ Très bien décrit

D.2. Valorisation : Lien et transfert dans le monde économique et social

Absente /–1–/–2–/–3–/–4–/–5–/ Très précise

E. Prestation orale Note proposée : …./ 15

E.1. Qualité du support et respect du temps

Médiocre /–1–/–2–/–3–/–4–/–5–/ Excellente

E.2. Clarté de l’expression

Très peu claire /–1–/–2–/–3–/–4–/–5–/ Très claire

E.3. Ressource dans l’échange

Très peu de ressource /–1–/–2–/–3–/–4–/–5–/ Très à l’aise dans l’échange

—————————————-

NOTE TOTALE : ….. / 50

Avis général.

Proposé pour contrat : OUI / NON. Réservé pour contrat : OUI / NON. Opposé au contrat: OUI / NON

NOM : ………………………… Prénom : ……………………

Signature

  • Après l’audition

     Les résultats des candidatures tombent quelques jours après l’audition. Il existe trois cas de figures : votre candidature est retenue, vous êtes sur liste d’attente, ou votre candidature est définitivement rejetée.

Il y a une liste d’attente car il est fréquent pour les candidats agrégés et certifiés, dépendants donc de leur rectorat d’affectation, de ne pas obtenir une mise en disponibilité. Ils sont donc contraints de se rendre à leur établissement d’affectation en septembre et d’abandonner leur contrat doctoral. Dans une telle situation, la première personne placée sur la liste d’attente reçoit le contrat.

  • Pour les étudiants étrangers

     En France, l’enseignement supérieur est le seul secteur public où la condition de la nationalité française n’est pas requise. Si vous êtes étudiant international, et que vous avez la chance d’obtenir un contrat doctoral, il vous faudra, dans certains cas (selon votre nationalité) solliciter un changement de statut d’ « étudiant » vers « scientifique-chercheur ». Le dossier à fournir contient, entre autres, votre contrat doctoral, ainsi qu’une convention d’accueil signée par le président de l’université et approuvée auprès de la Préfecture. Le délai de signature est souvent lent, mais celle-ci vous est naturellement accordée.

 

Nadhir Douidi et Nora Galland

L’accès aux archives diplomatiques et nationales françaises

Bérénice Rouaze-Battistini

  • Se préparer avant consultation des archives

     Avant de se rendre aux différents sites d’archives, il est important de savoir que certains dossiers ne sont consultables qu’à la condition d’être en possession d’une dérogation spéciale. Cette dernière doit être demandée auprès des sites des archives et peut s’accompagner d’un délai de réponse relativement long (3 mois minimum). C’est pourquoi il est impératif de se renseigner sur la disponibilité des documents que vous souhaitez consulter avant même de vous rendre sur place, en contactant, soit par mail soit par téléphone, les sites où sont conservés les cartons que vous souhaitez compulser[1]: cela pourra vous faire gagner beaucoup de temps !

     Ce procédé est plus facile à réaliser auprès des archives nationales qui proposent sur leur site internet une salle des inventaires virtuelle[2]. Cette dernière permet d’accéder à un répertoire des différents dossiers en leur possession, ainsi que des comptes-rendus très complets des divers documents présents dans chaque carton d’archive. Cette salle des inventaires est également présente aux archives diplomatiques de la Courneuve[3] mais ne permet pas de commander les documents à l’avance.

  • Les sites d’archives nationales et diplomatiques

     Les archives nationales rassemblent trois sites différents qui s’organisent selon plusieurs thématiques. Le premier est le site de Pierrefitte-Sur-Seine qui héberge les archives datant de l’après Révolution française ainsi que de nombreux fonds documentaires d’origine privée. Le second lieu se trouve à Paris même et est chargé de la conservation des archives publiques datant du Moyen-âge et de l’Ancien Régime, ainsi que des archives des notaires de Paris, tout en abritant le Musée des archives nationales. Enfin, le dernier site est celui de Fontainebleau qui  rassemble davantage d’archives privées d’architectes, de dossiers de carrières de fonctionnaires, de dossiers de naturalisation effectués depuis la seconde moitié du XXe siècle, mais regroupe également des archives audiovisuelles et électroniques ainsi que des fonds spéciaux (contentieux du Conseil d’État, dossiers de la cour des comptes, etc.). Soyez conscient.e.s que ce dernier site n’est pas facile d’accès : en raison de dégradations importantes du bâtiment, il a fait l’objet d’une fermeture au grand public et la consultation des archives ne se fait que sur rendez-vous. N’hésitez pas à demander une lettre de votre directeur.trice de thèse afin d’appuyer votre demande.

      Les archives diplomatiques sont conservées à la Courneuve. Vous y trouverez des archives provenant principalement de la direction centrale du ministère des Affaires Étrangères. Vous aurez notamment accès à différents traités passés par la France, à des correspondances officielles de ministres et de leur administration depuis le XVIIIe siècle, à des documents privés d’hommes d’état et de diplomates, mais aussi à des archives orales, des cartes anciennes et une importante bibliothèque.  D’autres archives diplomatiques incluant des textes traitant des représentations de la France à l’étranger peuvent être consultées à Nantes.
Ces différents sites d’archives nationales sont ouverts à des horaires précis et assez courts, n’étant accessibles que de 9h à 16h45. dLe site de la Courneuve n’ouvre sa salle de lecture que de 10h à 17het les archives de Nantesouvrent leurs portes de 9h à 18h. Ces horaires vous impose d’être stratégique. Ne lisez pas l’intégralité des documents, prenez-les en photos pour les étudier ensuite.

  • L’inscription et l’accès aux archives       

     Afin d’accéder aux salles de lecture pour consulter des cartons d’archives, il est impératif de s’inscrire à l’accueil des différents sites. Pour cela, il faut se munir d’une pièce d’identité et présenter brièvement le sujet de vos recherches. Le personnel administratif vous remettra ensuite une carte de lecteur valable un an.

     Il vous est alors demandé de laisser vos affaires personnelles dans un casier. Pour accéder à la salle de lecture, n’emportez avec vous que le strict nécessaireles stylos, les post-it, la nourriture, l’eau ainsi que les pochettes d’ordinateurs et d’appareils photos sont interdits.

     Il faut ensuite vous rendre à la salle des inventaires pour réserver vos documents si vous ne l’avez pas fait à l’avance via les sites des archives nationales. En commandant vos documents à l’avance, vous gagnerez en efficacité. Par ailleurs, le nombre de dossier auquel vous pouvez accéder est restreint (entre 6 à 8 cartons). Une fois que vos commandes vous seront apportées, ce qui prend environ trente minutes, vous pourrez vous rendre en salle de lecture.

     Un règlement doit être respecté une fois dans la salle de lecture. Vous ne pouvez pas vous asseoir où bon vous semble : une place vous est attribuée par le personnel sur place. Le personnel vous apportera ensuite vos commandes et vous ne pourrez consulter vos archives qu’un carton à la fois. Le président de la salle reste disponible pour vous aider ou répondre à une éventuelle question.

 

Bérénice Rouaze-Battistini

 

 

[1] https://www.diplomatie.gouv.fr/fr/archives-diplomatiques/acceder-aux-centres-des-archives-diplomatiques/contacter-les-archives-diplomatiques/

http://www.archives-nationales.culture.gouv.fr/web/guest/infos-pratiques

https://www.diplomatie.gouv.fr/fr/archives-diplomatiques/acceder-aux-centres-des-archives-diplomatiques/site-de-nantes/

[2] http://www.archives-nationales.culture.gouv.fr/web/guest/salle-des-inventaires-virtuelle

[3] https://www.diplomatie.gouv.fr/fr/archives-diplomatiques/s-orienter-dans-les-fonds-et-collections/fonds-et-collections-d-archives/article/portail-de-rechercher-et

La campagne de recrutement pour des postes d’A.T.E.R. (Attaché.e Temporaire d’Enseignement et de Recherche): un vrai parcours de combattant

 Leila HAGHSHENAS

Vous envisagez de participer à la Campagne d’A.T.E.R. ?
Cet article est fait pour vous !

Il y a un an, je me suis posée la question suivante : Quand faut-il commencer à préparer sa campagne d’A.T.E.R. ?
Ayant aujourd’hui un poste d’A.T.E.R., je peux dire avec certitude qu’il faut y penser dès la première année de thèse. Il s’agit en effet de consolider son dossier en vue d’une candidature à un poste de maître de conférence (MCF) par le biais de publications, de communications et d’expérience dans l’enseignement secondaire et/ou supérieur.        

Les postes étant de plus en plus convoités et de moins en moins nombreux, il est indispensable de se démarquer des autres candidats par la qualité de sa recherche ainsi que par son expérience dans l’enseignement. Étant donné que la commission de recrutement pour les postes de MCF porte une attention toute particulière à la qualité pédagogique des candidats, il est important de pouvoir enseigner un minimum en parallèle de son doctorat.      

Il ne faut donc pas hésiter à saisir toutes les opportunités qui s’offrent à vous lorsqu’elles peuvent vous permettre d’acquérir des compétences dans l’enseignement !

  • Qu’est-ce qu’un poste d’A.T.E.R. et qui peut y prétendre ?

Un.e A.T.E.R. (ou Attaché.e Temporaire d’Enseignement et de Recherche) est un.e enseignant.e-chercheur contractuel.le qui est en doctorat (ou qui prévoit de s’inscrire en première année au début de son contrat d’A.T.E.R.) et qui privilégie les enseignants stagiaires ou/et titulaires — l’obtention des concours de l’Agrégation et du CAPES (Certificat d’Aptitude au Professorat de l’Enseignement du Second degré) sont importants pour prétendre à ce type de poste pour plusieurs disciplines mais pas de façon systématique. L’un des avantages incontournables de ce poste est la charge de travail allégée qui permet aux doctorants d’avoir du temps libre pour écrire leur thèse. L’A.T.E.R. s’engage à dispenser 128 heures de cours, 192 heures de travaux dirigés ou 288 heures de travaux pratiques par an.           

Un doctorant peut prétendre à ce type de fonction dès la première année et ne peut occuper ce poste que pendant une période de quatre ans maximum — en ayant le plus souvent un contrat annuel renouvelable. Être A.T.E.R. permet aux docteurs et aux doctorants de se forger une véritable expérience professionnelle dans le monde universitaire en apprenant à conjuguer recherche, tâches administratives et enseignement. Il va sans dire que l’A.T.E.R. doit prendre véritablement part aux différentes tâches qu’implique son activité d’enseignement telles que la préparation des cours, l’encadrement des étudiants, l’organisation des contrôles des connaissances, la surveillance des examens ainsi que la mise en place des épreuves de rattrapage.

À savoir : il est également possible d’exercer ces fonctions à temps partiel (avec 96h de TD ou 64h de CM par an), ce qui laisse encore plus de temps aux doctorants pour mener à bien leur projet de thèse.

La durée de l’exercice varie selon le statut de l’intéressé : un doctorant ou docteur titulaire du CAPES ou de l’agrégation a la possibilité d’occuper un poste d’A.T.E.R. pendant 4 ans (3 ans renouvelable une fois), tandis que les docteurs et doctorants n’ayant pas obtenu un de ces deux concours ne peuvent prétendre que deux fois à ce poste (un an renouvelable une fois). Il convient cependant de noter que le renouvellement du contrat ne se fait pas automatiquement ; un nouveau dossier de candidature doit être déposé chaque année.

La rémunération varie selon qu’il s’agisse d’un poste d’A.T.E.R. à temps plein ou à mi-temps. L’A.T.E.R. occupant un poste touche un salaire mensuel net de 1678,05 € à temps plein et de 1197,32 € à temps partiel.

  • La plateforme ALTAÏR sur le portail GALAXIE

Pour pouvoir déposer votre candidature il est désormais obligatoire de passer par l’application ALTAÏR. Cette application, mise en place depuis 2012, est accessible à partir du portail GALAXIE[1] de l’enseignement supérieur et de la recherche. Elle vise à regrouper les différents appels à candidature publiés par les établissements d’enseignement supérieur pour les postes d’A.T.E.R., pour la Qualification ainsi que pour les postes de MCF.     

Chaque année, à l’approche des mois de février et mars, les offres des premières campagnes commencent à paraître sur le portail GALAXIE. Pour pouvoir participer à une campagne de recrutement des A.T.E.R., il est nécessaire de créer un profil sur le portail Galaxie. Une fois inscrit sur GALAXIE, le candidat aura accès à l’ensemble des offres publiées sur cette plate-forme et pourra postuler en y déposant CV, lettre de motivation ainsi que d’autres documents demandés dans les appels à candidature.

L’inscription à la newsletter d’ALTAÏR peut également vous aider à vous tenir au courant de l’apparition de nouveaux postes dans votre ou vos section.s de la CNU.     
Une liste des postes d’A.T.E.R. publiés et ouverts à la candidature est aussi accessible à l’adresse suivante :
https://www.galaxie.enseignementsup-recherche.gouv.fr/ensup/ATERListesOffresPubliees/ATEROffres_publiees_TriParSection.html

Les modalités d’envoi des dossiers de candidature varient selon les universités. Notons que de nos jours la plupart des universités privilégient une campagne dématérialisée. Toutefois, certaines universités telles que Strasbourg ou l’Université Bordeaux Montaigne exigent un envoi postal du dossier de candidature. Il est donc indispensable de prévoir un budget pour les photocopies, les timbres et les enveloppes.

Il va sans dire qu’en élargissant votre périmètre géographique, vous augmenterez votre chance d’obtenir un poste. Certaines régions sont en effet plus demandées que d’autres. Et surtout n’écartez pas les petites universités ; c’est là où vous aurez le plus de chances d’être accepté.

  • Préparation du dossier et recrutement

Contrairement au recrutement des PR et des MCF qui implique systématiquement une audition des candidats sélectionnés, les A.T.E.R. sont souvent choisis uniquement sur dossier, mais une audition reste possible comme par exemple à l’université Jean Moulin Lyon 3. Pour mettre toutes les chances de votre côté et décrocher un poste d’A.T.E.R., il existe quelques principes à respecter :
      – Envoyez un dossier solide et bien présenté
      – Pensez à bien soigner votre CV
     – Demandez des lettres de recommandation à votre directeur(rice) de thèse ou/et à votre ancien employeur

Il faut noter que la préparation d’un bon dossier peut prendre plusieurs heures. Il faut en effet personnaliser votre CV et lettre de motivation en fonction du poste visé, faire signer les documents nécessaires à votre directeur(rice) de thèse et les faire tamponner par votre unité de recherche.

Vérifiez bien les pièces demandées ; un dossier incomplet peut entrainer un refus, soyez donc méticuleux.

Si vous faites parvenir votre candidature via La Poste, pensez à envoyer le courrier en recommandé avec accusé de réception. Enfin, une fois que vous savez que votre candidature est arrivée à l’adresse indiquée, assurez-vous de sa bonne réception en contactant directement la DRH chargée du recrutement des A.T.E.R., dont les coordonnées sont disponibles dans l’offre de chaque établissement.

Un dernier conseil : ne jamais baisser les bras ! Certains postes se libèrent tardivement pour cause de désistement de dernière minute. Il faut garder à l’esprit que plusieurs campagnes de recrutement ont lieu tout au long de l’année. Toutefois, si vous ne trouvez pas de poste malgré de multiples candidatures, ne désespérez pas. Le mieux sera alors de vous préparer pour la prochaine campagne en retravaillant votre dossier de candidature.
Si la campagne d’A.T.E.R. nécessite beaucoup d’efforts et persévérance, elle vous prépare pour votre future recherche d’emploi dans le monde de la recherche et de l’enseignement supérieur. 

 

Leila Haghshenas

 

 

[1] https://www.galaxie.enseignementsup-recherche.gouv.fr/ensup/cand_recrutement.htm

Doctorat et gestion du temps

Nadhir Douidi

Ce billet sur la méthodologie de la thèse s’adresse à celles et ceux qui sont en quête perpétuelle de moyens de motivation, ou qui trouvent dans leur thèse une belle et rare opportunité de surmenage et d’épuisement, psychologique et physique. Ni les un.e.s ni les autres ne peuvent évidemment s’épanouir…

  • À la recherche du temps perdu

     Gérer son temps fait partie, implicitement, de la formation du doctorant. C’est une véritable compétence que vous pourriez avec fierté valoriser sur votre CV, preuves à l’appui.

Souvent, vous avez l’impression de ne pas être productif, alors même que vous avez passé une journée entière devant votre écran d’ordinateur. Dans ce cas-là, posez-vous la question suivante : qu’avez-vous fait concrètement ?

Si on voudrait résumer une journée-type d’un.e. doctorant.e., on pourrait la présenter ainsi :
– Ouvrir son compte sur les réseaux sociaux
– S’informer de l’actualité
– Répondre à ses e-mails
– Discuter au téléphone (ou discussion de couloir avec des collègues)
– Pause-café
– Vérifier (de nouveau) ses e-mails
– Ah, j’oubliais presque : ouvrir son fichier Word pour commencer ou reprendre la rédaction
– Pause-déjeuner
– Chercher un article sur Internet, ou une thèse en bibliothèque
– Pause-café
– Etc.
Cette liste est longue, variable, et non exhaustive; l’essentiel est que la journée est bientôt terminée, et qu’il faut maintenant faire autre chose que « sa thèse ».

J’exagère un peu, ou pas. Ce qui est certain, c’est que le temps que nous passons à travailler est extrêmement réduit. Tant d’éléments perturbateurs, voulus ou non, viennent freiner le bon déroulement de la thèse. Il est difficile, voire impossible, de se consacrer entièrement à sa thèse, car la liste susmentionnée comporte des situations inévitables et indispensables aussi.

Mais réussir à réserver un nombre minimum d’heures dédiées à la rédaction de sa thèse est tout à fait concevable. Je vais donc partager avec vous mon secret : c’est la méthode Pomodoro.

En réalité, cette méthode n’a de secret -ou d’étrange- que son nom ! Connue et utilisée par beaucoup, elle existe même sous forme d’applications sur Smartphones. De quoi s’agit-il ?

Son principe est simple : cela consiste à démarrer un minuteur de sorte que le temps écoulé soit divisé en une séquence qui comporte quatre séries successives de périodes de travail et de courtes pauses. Par exemple: au démarrage du minuteur, vous travaillerez pendant 25 minutes, puis vous vous reposerez pendant 5 minutes, puis vous travaillerez pendant 25 minutes, et ainsi de suite, jusqu’à ce que deux heures de temps se soient écoulées. Après chaque séquence, vous vous reposerez pendant 15 minutes. De cette manière, vous aurez travaillé 25 minutes multipliées par 4, soit 1 heure et 40 minutes exactement.

Mais ce n’est pas tout : lorsque vous travaillerez, prenez soin de vous concentrer pleinement sur ce que vous faites, en mettant votre téléphone en mode silencieux, en vous déconnectant de Facebook, et même en vous interdisant de consulter vos courriels, si importants soient-ils.

Vous pouvez donc installer sur votre smartphone des applications qui utilisent la technique Pomodoro, ou ouvrir dans votre navigateur une page sur l’un des nombreux sites qui y sont consacrés. Je vous conseillerais le site suivant : http://www.minuteur-en-ligne.fr/minuteurs-pomodoro

Les chiffres 25, 5 et 15 sont un exemple, et ne constituent qu’une moyenne. Ils ont certainement été inspirés des résultats du test de vigilance conçu pendant la seconde guerre mondiale par le psychologue britannique Norman Mackworth (1917–2005). D’après ses conclusions, la vigilance commence à décroître après 30 minutes de concentration.

Mais rien ne vous empêche d’être à l’écoute de votre propre rythme de travail. Vous pouvez donc modifier ces périodes, en augmentant par exemple le nombre de minutes passées à travailler, ou en accroissant la durée des pauses (30 minutes au lieu de 15 par exemple). Selon une étude réalisée grâce au logiciel Desktime, qui a consisté à mesurer, sur la base de millions d’enregistrements d’activités numériques, le temps consacré aux distractions et au travail exigeant une forte concentration, il apparaît que les personnes les plus performantes ont suivi la structure de 52 minutes de travail suivies d’un repos de 17 minutes.

Les analyses menées grâce à Desktime ont également démontré que ces individus se reposaient loin de leur écran d’ordinateur. Par conséquent, lors de la pause, prenez de bons reflexes : buvez de l’eau, levez-vous, marchez, respirez… et surtout évitez de répondre à vos courriels ou d’avoir une conversation téléphonique.

Toujours est-il que les personnes les plus productives ont aussi leurs limites. L’expérience a en effet montré qu’il est très difficile de dépasser six heures de travail par jour. En fin de journée, comptabilisez combien de temps vous avez passé à travailler. Si vous avez atteint ces six heures, vous pourrez alors rentrer chez vous, ou sortir vous balader. En tout cas, votre journée a été bien remplie et votre nuit de sommeil n’en sera que meilleure.

  • Le temps retrouvé

     Quand on est épuisé, quand on a la flemme de travailler, quand on n’a pas trop le moral, il faut se rappeler qu’un doctorant est aussi (et avant tout, surtout) un humain .  Si dans les situations urgentes le plus sage est de se forcer de rédiger, on peut, pour éviter de se culpabiliser et de se noyer dans les remords et regrets, se (re-)mettre à travailler en se limitant aux tâches qui ne nécessitent pas de fournir de gros efforts de concentration. Le principe est simple : pour être efficace, profitez des moments où vous êtes le plus en forme et le plus motivé pour travailler sur les choses qui vous passionnent le moins, en cas de fatigue -morale ou physique-, consacrez-vous à ce qui, naturellement, vous intéresse. Par exemple : en ce qui me concerne, comme mon profil psychologique est de type “méthodique”, je laisse de côté la rédaction et je dessine des schémas, je réorganise mon plan de rédaction, ou je fais des lectures sur la méthodologie de recherche, ce qui me demande moins d’efforts de concentration.

Cela suppose donc de respecter son rythme de vie et de s’écouter. La thèse n’est pas -seulement- un dépassement de soi : elle est aussi une opportunité pour mieux se connaître. Vous pourriez, comme le faisait le sociologue Howard Becker, vous imposer la rédaction de deux pages par jour. Mais vous pouvez aussi avoir votre propre rythme de travail, en rédigeant moins que deux pages par jour, par exemple. L’essentiel, c’est de respecter une certaine discipline et une certaine régularité.

  • Il n’y a pas que la thèse dans la vie !

     Parfois, faire une coupure n’apporte que du positif. Sachez prendre des périodes de repos bien méritées. Au pays du Soleil levant, tristement connu pour le surmenage au travail, les directeurs de grandes entreprises consacrent souvent un jour de repos hebdomadaire, en se ressourçant grâce au sauna, complété d’un repas frugal en bonne et nombreuse compagnie…

Respecter un jour de repos par semaine est essentiel. Vous pouvez travailler dur toute la semaine, mais ménagez-vous ce créneau hebdomadaire où vous ne penserez point à votre thèse, cela vous fera le plus grand bien.

Deux ou trois fois par an, ou au rythme des vacances scolaires, sachez aussi prendre plusieurs jours de repos de suite. Mais faites cela sans penser à quoi que ce soit qui se rapporte, de près ou de loin, à votre thèse.

Outre ces quelques conseils sur la gestion du temps, il est important aussi d’avoir une alimentation saine, équilibrée, de pratiquer une activité physique régulière, et de s’entourer de personnes qui n’appartiennent pas qu’au monde universitaire.

Si votre cercle d’amis est restreint, rappelez-vous le titre de cette oeuvre de Marcel Proust : La lecture est [aussi] une amitié. Ayez d’autres lectures que celles liées à votre thèse. On croit souvent, à tort, qu’il s’agit d’une perte de temps. La littérature, en vous enrichissant culturellement, en vous permettant de vous évader aussi, vous permet d’améliorer votre expression écrite, et d’avoir un style d’écriture moins rigide, plus agréable à lire.

 

Nadhir Douidi

 

Référence

http://letempsreconquis.fr/concentration-et-attention-en-profondeur-duree-ideale/ , consulté le 03/05/2018 à 20h13.

 

Combattre le syndrome de la « page blanche » : remue-méninges et carte mentale

Nadhir Douidi

  • La méthode du remue-méninges (brainstorming)

       Si le-la doctorant.e doit régulièrement faire part à son directeur.trice de thèse de l’avancée de sa rédaction, la méthodologie d’écriture représente pour beaucoup un sujet quasi tabou dans la relation doctorant-encadrant.e. Peut-être que parce que lors de la soutenance, aucun des membres du jury ne sera intéressé par les processus mis en œuvre pour aboutir au travail « fini » que constitue la thèse. Il se peut également que la méthodologie de rédaction soit considérée comme acquise, le doctorant étant censé l’avoir développée et maîtrisée pendant ses années passées dans l’enseignement secondaire.

Or, ce qu’un.e jeune thésard.e appréhende le plus, c’est justement la rédaction de sa thèse. D’ailleurs, on fera à celui-ci/celle-ci autant de remarques sur le contenu de sa recherche que sur son propre style d’écriture. C’est pourquoi mes premiers billets s’attacheront à partager ma propre expérience d’écriture. Mais pas seulement. J’aborderai aussi d’autres questions, l’environnement de travail, la gestion du temps, et la notion de « cercle de la lecture » – selon l’expression d’Élie Ayache [1].

Nous avons tous et toutes été confronté.e.s au phénomène angoissant de la page blanche, qui consiste notamment à regarder sur l’écran de son ordinateur une page « Word » blanche, vide, et à garder les doigts sur le clavier en espérant qu’une muse descende des cieux, nous insufflant une inspiration débordante. Naturellement, rien ne se passe…

Un premier conseil à donner au-à la doctorant.e : soyez productifs. Plus facile à dire qu’à faire ? Non, pas tant que cela… La productivité commence par prendre conscience de ses propres limites, et de s’efforcer de les dépasser. Comment ? En laissant libre cours à son expression verbale, sans velléité de censure.

La méthode la plus appropriée est celle du remue-méninges (ou brainstorming, en anglais).

Prenez une feuille de papier, un tableau, tout support qui vous permet de rédiger (préférez l’écriture manuelle que sur ordinateur). Notez, au centre de la feuille, votre mot-clé. Ce dernier peut être un terme, une expression, une phrase courte. Mettez par écrit maintenant toutes les idées et les images qui vous traversent l’esprit, même si celles-ci ne semblent pas directement liées à votre sujet ou thématique de recherche. En effet, la faculté mentale de l’imagination suppose de ne pas s’autocensurer, de ne pas s’imposer de limites. Exemple : votre sujet de thèse est « l’effet de la météo sur la motivation dans le travail ». Vous serez donc probablement amené.e à noter des termes tels que météo, motivation, travail, études, beau temps, extérieur, intérieur, soleil, pluie, temps clair, temps gris, etc. Mais si l’image de pique-nique vous apparaît, n’hésitez surtout pas à la noter !

L’autre intérêt de la technique du remue-méninges est de procéder à des associations d’idées. Vous pouvez le faire sur une deuxième feuille de papier. Là aussi, ne réfléchissez pas à ce qu’il faut noter ou pas, mais écrivez sans modération. Vous pouvez indifféremment partir du général au particulier, ou l’inverse, du spécifique, au plus général.

Une fois toutes vos idées mises sur papier, vous pourrez désormais filtrer, supprimer, ajouter ou modifier vos notes. Il est aussi possible d’associer encore une fois d’autres termes ou expressions, qui au départ ne semblaient pas forcément liées entre elles. Cette technique s’avère également utile pour élaborer des fiches de lecture, sujet dont nous parlerons dans un prochain billet.

Un autre problème qui peut se poser à certains est le manque de concentration, ou la facilité à être distrait ou perturbé par des stimuli ou facteurs internes (formalités administratives longtemps délaissées, courses à faire pour la semaine, famille ou amis à appeler…) ou externes (désordre sur le bureau, vaisselle à faire…). Pour ma part, étant quelqu’un d’extrêmement distrait, notamment par l’environnement immédiat, j’ai trouvé la « parade » : c’est la méthode Pomodoro, que je présenterai dans un billet à venir.

  • La carte mentale

       La méthode du remue-méninges renvoie communément à la méthode de la carte heuristique, appelée aussi carte mentale, carte des idées, arbre à idées, schéma de pensée. La pratique des cartes mentales comme aide à la rédaction de thèse est une méthode prouvée et approuvée ; en témoigne par exemple une formation doctorale prévue cette année même à l’Université de Nantes « Utiliser des cartes mentales pour son doctorat ». Dans sa recherche, Loïc Avry, auteur de la thèse intitulée « Analyser les conflits territoriaux par les représentations spatiales : une méthode cognitive par cartes mentales » (2012), met en avant l’intérêt des cartes mentales qui dépasse même ses finalités pédagogiques, avec des enjeux économiques importants.

L’origine des cartes mentales remonte au Moyen-Age. On retrouve ainsi, chez le philosophe Ramon Llull (clin d’œil à la Bibliothèque de Lettres de l’Université Paul Valéry-Montpellier !) le dessin d’un arbre (l’arbre des sciences) dont certaines parties du tronc et des branches représentent certaines formes géométriquesqui ont pour but est de relier des concepts entre eux.

Lulle, R. (1295). Arbre de ciència.
http://data.bnf.fr/14480861/raymond_lulle_arbre_de_ciencia/#other-ressources

La carte mentale, comme son nom l’indique, reprend le principe du fonctionnement du cerveau : cela consiste, à la manière d’une toile d’araignée (ou, pour les arachnophobes, à la manière de la toile internet…), à tisser des liens entre plusieurs concepts, proches ou éloignés les uns des autres, à effectuer ensuite un tri entre ces concepts, puis à créer de nouveaux rapports, et ainsi de suite. La carte mentale se substitue de manière efficace et productive au texte linéaire ; elle respecte donc le fonctionnement de la faculté de penser, qui n’est ni chronologique, ni linéaire.

Les avantages de la carte mentale sont multiples : elle stimule, de manière complémentaire, les deux hémisphères du cerveau, et surtout l’hémisphère droit qui est le moins sollicité chez la plupart des gens et qui permet la représentation mentale au moyen d’images. Son intérêt va bien au-delà du simple remue-méninges dont je vous ai parlé au début de l’article.

Elle est utile pour ceux qui, comme moi, préfèrent les représentations visuelles. Elle favorise la mémorisation, l’apprentissage, le transfert de connaissances, la production d’hypothèses. Son utilisation peut concerner la prise de notes, le résumé, la structuration de projet, la révision, la mémorisation, etc.

Hormis la feuille de papier ou le tableau blanc, différents modèles numériques de cartes mentales existent, pour tous les systèmes d’exploitation : payants, gratuits, versions d’essai, en ligne. En fonction de vos besoins et envies, vous seriez attirés par l’un ou l’autre. Pour ma part, j’ai une préférence pour l’outil Freeplane : libre et gratuit, il permet de sauvegarder les cartes mentales sur son propre ordinateur ; il suffit juste de télécharger le logiciel ici, et de l’installer. Certains outils de cartes mentales en ligne permettent aussi un travail collaboratif à distance.

Passons maintenant à la pratique ! Notez votre idée centrale au milieu. La carte mentale se lit, par convention, de haut en bas, et dans le sens horaire. Pour faciliter le remue-méninges, nécessaire au départ, posez-vous les fameuses questions :qui ? quoi ?  ? quand ? comment ? combien ? et pourquoi ? (CQQCOQP). Les réponses à ces sept premières interrogations vous permettront de développer des branches radiantes qui donneront ensuite des ramifications selon une certaine hiérarchie. Après ce premier travail de remue-méninges qui opère par divergence (expression libre des idées) et par convergence (regroupement par catégories), vous procéderez à une structuration en catégories plus grandes (en évitant de dépasser neuf catégories). Enfin, préférez des mots-clés (noms, verbes) aux phrases, même si elles sont courtes. Cela vous épargnera la lecture textuelle et vous facilitera ainsi l’association d’idées. N’hésitez pas à utiliser des types et tailles de police différentes, des couleurs, des images.

Exemples de carte mentale en ligne sur http://www.wisemapping.com/

 

Carte heuristique Composantes de la situation d’enseignement-apprentissage, René Richterich (1985, pp. 6-8)

 

       En guise de conclusion (que nous pourrions tout à fait proposer pour les prochains billets), sortez des méthodes traditionnelles, libérez-vous du conformisme méthodologique, soyez un.e jeune chercheur.e indépendant.e et libre !

 

Nadhir Douidi

 

 

[1]Elena Georgieva, « La thèse du lecteur. L’écriture d’après la lecture », Acta fabula, vol. 9, n° 5, Mai 2008, URL : http://www.fabula.org/acta/document4144.php, page consultée le 16 mars 2018.

Références

Avry, L. Analyser les conflits territoriaux par les représentations spatiales : une méthode cognitive par cartes mentales. Thèse en Géographie. Université Rennes 2, 2012. Français. 〈NNT : 2012REN20032〉〈tel-00808779〉

La croisée approche optimale (2018). L’efficacité de la carte mentale. Disponible à l’adresse : http://www.mondeveloppement.com/fr/efficacite-de-la-carte-mentale.html , page consultée le 29 mars 2018.

URFIST de Paris. Cartes heuristiques : éléments théoriques et usages en contexte universitaire. Publié le 8 mars 2012. Disponible à https://fr.slideshare.net/URFISTParis/cartes-heuristiques-11922447 , page consultée 29 mars 2018.

URFIST de Rennes. Utiliser les cartes heuristiques pour l’enseignement et la recherche. Publié le 23 avril 2014. URL: https://fr.slideshare.net/UrfistRennes/stage-cartes-heuristiques-20140417-33839009 , page consulté le 29 mars 2018.

S’accrocher, persévérer et y croire : la thèse en sciences humaines n’est pas une fin en soi, c’est un début !

Asmaa Aoujil

La majorité d’entre nous se posent la question suivante : quel est le rôle de la littérature dans notre société ? Il convient de dire que, même quand j’étais enseignante contractuelle de français, lors d’une leçon de grammaire, cette question était sur la bouche de tous mes élèves :

— « Mais m’dame, ça va nous servir à quoi de connaitre les règles de la grammaire, les œuvres… ? »

Bonne question, n’êtes-vous pas d’accord ?

Il paraît si simple d’y répondre au début, tellement la réponse paraît évidente ! Détrompez-vous, ces futurs petits porteurs de flambeaux de notre société française ont plusieurs arguments pour rétorquer rapidement nos évidentes rétorsions.

— « Mais moi m’dame, je veux être un joueur de foot, je ne ferai pas de la grammaire en jonglant avec un ballon pendant un match de foot…hhh »

— « Je ne raconterai pas non plus l’histoire de Cosette pendant un match d’entrainement… » Toujours avec ce sourire naïf, mais sérieux. — « Oh oui ! Bien évidemment ! » répondis-je. « Néanmoins, si tu es un grand joueur, tu es un ambassadeur, il faut savoir bien parler pour bien se vendre. Le talent est nécessaire, nous sommes tous d’accord, mais être éloquent, ou plus exactement, parler correctement sa langue maternelle, avoir de la culture littéraire, c’est aussi un avantage pour toi en tant que futur champion français, cela permet de donner une bonne image de soi, mais aussi de bien représenter son pays et son patrimoine culturel. »

Il semble bien que ma réponse ne fût pas si convaincante que cela. Parce que l’un de mes élèves ne tardera pas à répliquer : « pour moi, ce qui compte c’est de gagner de l’argent, beaucoup d’argent ! »

Malheureusement, cet avis est aussi partagé par d’autres que ces collégiens. Nous pouvons comprendre qu’ils sont encore jeunes et immatures, mais c’est une question qui concerne toutes les générations confondues.

Faire des études pour se spécialiser dans un domaine précis soulève deux points essentiels : (1) notre passion pour le domaine étudié, (2) l’accès à un travail, une fin logique après plusieurs années d’études, parce que nous avons besoin de gagner notre vie. Ainsi, faire des études littéraires, et notamment en littérature française, parce que vous avez la vocation et l’envie de devenir professeur, est tout à fait logique. Mais étudier le français pour faire des recherches dans un domaine spécifique révèle l’importance de la conviction de la personne concernée, c’est à dire croire que cela pourrait amener ou changer quelque chose dans le mode de pensée connue jusqu’ici.

Toutefois, la recherche en sciences humaines ou littérature n’est pas chose aisée. Quand nous avons comme objectif de faire une thèse, les choses se compliquent. Préparer un doctorat en sciences humaines signifie, généralement, ne pas vouloir être professeur dans l’enseignement secondaire, et donc avoir envie d’enseigner à l’université et devenir maître de conférence, ce qui permet de continuer ses recherches. Ceci dit, même si la personne qui entame une thèse en sciences humaines en général et en littérature française en particulier est obnubilée et passionnée par son domaine de recherche, elle doit être convaincue qu’il y a des pistes de réflexion nouvelles qui n’ont pas été abordées et qui peuvent apporter quelque chose au monde de la recherche. Malheureusement, la qualité de la recherche n’est pas le seul critère de réussite pour un doctorant car les places sont comptées dans le milieu universitaire : la concurrence est rude et il faut vraiment se distinguer par le nombre de publication, l’originalité du travail, l’importance du thème sur lequel on travaille, et la nouveauté apportée aussi dans son domaine.

Tout simplement, il faut s’accrocher, persévérer et y croire, afin de construire un dossier solide pour que cela puisse aboutir.

L’acharnement au travail est le quotidien d’un doctorant, l’espoir, le désespoir, la solitude et les rencontres avec d’autres doctorants par le biais des laboratoires de recherche selon les domaines, constituent la vie quotidienne des thésards. Le collège doctoral propose des formations diversifiées pour permettre aux doctorants de se perfectionner dans un domaine précis, mais aussi pour définir leurs projets avec précision. Cependant ces formations proposées quoique abondantes, ne permettent pas, toutefois, à la plupart des doctorants d’y arriver.

En fin de thèse, et je peux apporter mon témoignage, je ne sais toujours pas ce que je ferai après la soutenance. Ainsi, ce moment, quoique redouté, n’est plus une fin en soi, c’est un début pour chercher et comprendre, ce que je suis capable de faire. Cela arrive un peu tard en ce qui me concerne, mais cela me permet d’avertir d’autres doctorants ou futurs doctorants, quand on choisit les sciences humaines, de savoir préalablement ce qu’ils veulent obtenir avec une thèse.

Je ne dis pas que c’est une perte de temps, mais le doctorat n’ouvre pas forcément les portes du monde professionnel comme on aurait pu l’imaginer, au contraire cela peut compliquer les choses, parce que trouver un travail avec cette qualification n’est pas aussi évident qu’il n’y parait.

Cela ne veut pas dire que je ne suis pas passionnée par mon sujet de recherche, au contraire, c’est ce qui me rend plus triste, car je ne souhaite pas que cette envie de partager, de chercher, de lever le voile sur plusieurs aspects dans un domaine donné disparaisse subitement.

Alors entamer des études en thèse est bien, c’est un appel aux passionnées. Mais il faut savoir rester réaliste : quel avenir m’attend après la thèse ?

Gardons espoir, et finissons par un point positif : les sujets de recherche en sciences humaines sont très enrichissants pour nous d’abord, pour les chercheurs et pour les futurs doctorants. N’oublions pas que quoiqu’il arrive, nous contribuons d’une façon ou d’une autre à l’avancée de la recherche, peu importe le poste que nous occuperons par la suite.

Ainsi la thèse n’est pas une fin en soi, c’est un début, mais sans le moindre regret !

 

Asmaa Aoujil

Que faire si l’on s’aperçoit que son sujet de thèse est traité par quelqu’un d’autre?

Bérénice Rouaze-Battistini

Le début d’une thèse constitue un moment de réflexion particulièrement intense pour un(e) doctorant(e). En effet, il vous faut choisir votre sujet, ainsi que sa formulation, afin de ne laisser aucune place au hasard lors de la rédaction de votre projet de thèse.
En outre, au moment de votre inscription, votre directeur de thèse tout comme votre école doctorale attendent que vous soyez au fait de toutes les productions scientifiques passées et en cours en relation avec votre sujet, puisqu’il vous est interdit de traiter votre question de recherche de la même façon qu’un(e) autre chercheur(e). Il faut, dès lors, passer des heures sur votre ordinateur à éplucher le site thèse.fr[1] et penser à toutes les formulations possibles et imaginables que votre projet de thèse pourrait prendre. Ce travail sera à répéter tout au long de votre doctorat (pour éviter les mauvaises surprises).

Toi aussi ? C’est pas vrai !?!
     Hélas, cette vérification n’est pas toujours suffisante. En effet, thèse.fr ne regroupe que les thèses en cours et soutenues en France, depuis 1985, mais ne prend pas en compte celles en provenance d’autres pays, francophones ou non. Dès lors vous pouvez avoir la mauvaise surprise de vous apercevoir, au cours de votre doctorat, qu’une autre personne travaille sur le même sujet que vous. Et là, c’est la panique!        
En effet, l’engagement et l’investissement que vous demande la thèse vous rend très « possessif » de votre sujet, il vous « appartient ». Lorsque cette situation se présente, il vous faut contacter directement et au plus vite votre directeur de thèse afin que vous puissiez trouver ensemble les solutions adéquates, une sorte de « plan d’attaque ». En premier lieu, il vous faut savoir si cet autre étudiant a la même approche que vous du sujet traité, et s’il utilise la même méthodologie, ainsi que les mêmes bornes chronologiques etc. Pour ce faire, votre directeur de thèse peut contacter directement soit le(la) doctorant(e) soit/et son directeur de thèse, afin d’ouvrir un espace de dialogue propice et constructif pour les deux doctorants. Vous pouvez aussi, en amont, contacter vous-même cet(te) étudiant(e) afin de discuter directement avec lui/elle de vos sujets et de vous mettre d’accord sur vos méthodologies et bornes respectives, dans le but d’éviter toute redite dans vos publications futures et votre thèse. Cela peut donner lieu à une collaboration très bénéfique, voire à la publication d’articles en commun. Cette situation est loin d’être évidente et il est nécessaire de ne pas se « braquer » : ni vous, ni l’autre/le/la second (e) doctorant(e) n’est responsable de la situation et il vous faut donc y faire face ensemble et dans les meilleures conditions possibles. Finalement, pourquoi ne pas travailler ensemble ? Échanger ? Vous entraider ? Lorsqu’une situation délicate comme celle-ci se présente, la collaboration et le soutien entre doctorants vous sera toujours plus bénéfique que la haine de l’autre alors que ce dernier n’est même pas responsable de cette malheureuse conjoncture.

Recherche du sujet de thèse : bases de données disponibles
     La recherche sur thèse.fr est supposée éviter ce genre de situation, mais, comme je l’ai annoncé plus haut, elle n’est pas toujours suffisante. Pensez donc à vous tourner vers diverses bases de données nationales et internationales. Il faut savoir qu’en France, un grand nombre d’universités et de Grandes Ecoles en possession de l’habilitation à délivrer un doctorat favorisent l’accès, notamment en ligne, des thèses soutenues dans leurs enceintes. La liste présentée ci-après n’est pas exhaustive mais peut vous permettre de vous y retrouver dans cette immense toile qu’est internet et vous donner des pistes de recherche.

Si vous étudiez dans le domaine de la santé et des sciences je vous conseille de vous tourner vers le catalogue des thèses de la bibliothèque inter-universitaire de santé [2] qui regroupe une grande partie des sujets soutenues en France depuis des décennies, et qui se concentre sur des questions médicales, mais aussi de chirurgies dentaires, et depuis 1998 de biologies. Le Centre pour la Communication Scientifique Directe (CCSD) a aussi mis en place une base de données appelée TEL (thèses-en-ligne)[3], qui met à disposition, de façon gratuite, des ressources scientifiques et plus précisément des thèses soutenues, ainsi que des habilitations à diriger des recherches.

Si vous traitez plus de problématiques centrées sur le droit et la santé vous pouvez vous référer à la plateforme PEPITE[4] de l’Université de Lille 2. Cette dernière présente à la fois des thèses et des mémoires produits par ses étudiants, mais aussi des cours des comptes-rendus de conférences et des tutoriels issus des enseignants chercheurs lillois.

Si votre travail de recherche se centre sur l’éducation vous pouvez regarder du côté de l’Institut français de l’éducation de Lyon[5], qui a créé un portail regroupant la quasi-totalité des thèses traitant de problématiques éducatives et de formation soutenue depuis 2003. 

Enfin si vous suivez un cursus de sciences de l’ingénieur dirigez-vous vers l’OATAO[6]. Ce site web prend la forme d’archives ouvertes traitant des sciences de l’ingénieur et regroupant divers articles, chapitres d’ouvrages, comptes-rendus de conférences ainsi que des sujets de thèse traités dans ce domaine sur Toulouse. Sur le même principe, ParisTech propose la plateforme Pastel[7].

De nombreuses universités mettent en place des bases de données regroupant divers domaines académiques. Vous pouvez donc vous penchez sur la plateforme UPthèse[8] de l’université de Poitiers. Celle-ci propose de regrouper toutes les thèses soutenues depuis 2012, ainsi que certaines ayant pris fin entre janvier 2008 et juin 2012.

De la même manière, l’université de Lille 1[9] a créé sur son site un espace regroupant les thèses, les habilitations à diriger des recherches et les diplômes supérieurs de recherche produits par sa communauté de chercheurs. Vous pouvez aussi vous référer au site de l’Université de Lorraine qui présente un espace regroupant les thèses et les mémoires soutenues en son sein sous forme numérique.

De grandes bases de données françaises telles que le Catalogue Sudoc[10] recensent la plupart des thèses soutenues en France et provenant de toutes les disciplines académiques. Certaines y sont même en accès libre. L’université de Lille 3 met aussi à disposition une sorte de catalogue des thèses françaises appelé ARNT[11].

     Le travail sur les bases de données françaises n’est parfois pas suffisant, surtout si vous traitez un sujet à porté international. Par conséquent, vous pouvez également vous pencher sur les plateformes proposées par d’autres pays. Dès lors, on peut identifier le Networked Digital Library of Theses and Dissertations (NDLTD)[12] créé en novembre 1987, et qui a la volonté de regrouper le plus grand nombre de thèses proposées à travers le monde depuis 1996. Au niveau européen on retrouve le site DART-Europe[13] qui se compose de travaux universitaires issus de 28 pays européens. L’Australie propose depuis 2011 la plateforme Autralian Digital Theses program (ADT)[14] qui permet l’accès des thèses réalisées dans 22 universités de ce pays. Par la suite vous pouvez aussi regarder du côté de BICTEL[15]. Il s’agit du répertoire commun des thèses électroniques provenant de 9 universités belges faisant parties de la communauté française de Belgique. Du côté canadien, une grande partie de la production scientifique est accessible grâce au site thèse canada[16], qui concentre la recherche universitaire et doctorale issues de 70 universités depuis 1965. Le Royaume-Uni a lui aussi sa base de données, ethos[17], ressemblant quelque peu à notre thèse.fr. Les pays scandinaves ne sont pas en reste puisqu’ils ont mis en place la plateforme DIVA[18] dont le but est le regroupement des thèses et des travaux de recherches produits par 28 universités scandinaves. Enfin le réseau RERO (Suisse) a développé une e-bibliothèque nommée RERODOC et qui regroupe de nombreux livres, thèses et mémoires.

     Le choix de votre sujet de thèse ainsi que la vérification qu’il implique doit, par conséquent, être réalisé consciencieusement. Gardez à l’esprit que le domaine de la recherche universitaire est très vaste et qu’il n’est pas possible de tout voir. C’est pourquoi il  peut arriver de vous apercevoir, au cours de votre doctorat, qu’un autre chercheur traite un sujet semblable au votre. Votre positionnement est dès lors primordial et il vous faut prendre de la distance avec votre projet de thèse afin de trouver les solutions les plus adaptées.

 

Bérénice Rouaze-Battistini

 

 

[1] http://www.theses.fr

[2] http://www.biusante.parisdescartes.fr/chercher/theses/medecine.php

[3] https://tel.archives-ouvertes.fr

[4] http://pepite.univ-lille2.fr/index.html

[5] http://ife.ens-lyon.fr/vst/Recherches/AccueilTheses.php

[6] http://oatao.univ-toulouse.fr

[7] https://pastel.archives-ouvertes.fr

[8] http://theses.univ-poitiers.fr

[9] http://ori.univ-lille1.fr/index.html

[10] http://www.sudoc.abes.fr/xslt/

[11] http://www.diffusiontheses.fr/anrt-catalogue-theses-doctorat.html

[12] http://www.ndltd.org

[13] http://www.dart-europe.eu/basic-search.php

[14] http://www.caul.edu.au/caul-programs/australasian-digital-theses

[15] http://www.bictel.be

[16] http://www.collectionscanada.gc.ca/thesescanada/

[17] http://ethos.bl.uk/Home.do;jsessionid=D11C7314883080F7095FCFBC29E1C8D4

[18] http://www.diva-portal.org/smash/search.jsf?rvn=1&dswid=-4630