À la mémoire de Fannel…

Fannel Amphitrion MINGONDZA MBEDA

Fannel MINGONDZA était membre de l’IRCL (Institut de Recherche sur la Renaissance, l’âge Classique et les Lumières) où il travaillait depuis deux ans sous la direction de Franck Salaün (PR) à la préparation d’une thèse intitulée « Philippe Sollers, lecteur des écrivains du 18e siècle ».

Il avait été parmi les premiers à vouloir s’engager pour faire partie de l’équipe de rédaction de Polymorphe. Il nous avait montré à plusieurs reprises sa motivation et son enthousiasme pour ce projet qui allait réunir des doctorants de différentes disciplines.

C’est donc avec une immense tristesse que nous avons appris le décès de notre collègue. Fannel, nous nous souviendrons de ta gentillesse et ta douceur, et ton absence dans la salle de travail des locaux de l’IRCL se fera ressentir et nous ne t’oublierons pas. Nous avons été heureuses de te connaitre.

Toutes nos pensées les plus affectueuses vont vers la famille de Fannel : nous partageons votre douleur et vous présentons nos sincères condoléances.

 

Amitiés, Charlène et Nora


 

Il y a plus d’un an, nous avons vu débarquer Fannel au centre de recherche de l’IRCL. Un jeune homme discret mais qui s’est très vite ouvert à nous, et la communication s’est mise en place : nous parlions de tout et de rien.

Si je prends la parole aujourd’hui, c’est pour dire qu’il a été là pour moi dans un moment difficile. J’avais son soutien total et absolu, et il me confiait également ses craintes de doctorant. Nous menions une vie de thésards, partagions nos inquiétudes, nos joies, nos soucis, mais aussi (et souvent) un bon café et une conversation qui part dans tous les sens. 

Toujours respectueux, souriant, travailleur et sérieux, c’est l’image que j’ai de lui et que je garderai à tout jamais. Je ne m’attendais pas à ce que la vie nous l’arrache si vite, sinon j’aurais apprécié chaque instant agréable passé à ses côtés à sa juste valeur. Je suis désolée de ne pas avoir été présente pour lui pendant ses moments de souffrances; je ne venais que très rarement à l’IRCL ces derniers temps parce que j’étais préoccupée par mes propres problèmes. Je regrette amèrement de ne pas pouvoir partager une dernière discussion avec lui, rien que pour lui dire un dernier au revoir. Je pleure sa perte, je pleure la perte d’un bon ami. Je pleure ce visage souriant qui a disparu si jeune, et je partage ma douleur avec vous en lui disant: repose en paix Fannel

Tu resteras dans nos mémoires. Le temps était trop court, certes, mais tu es dans nos cœurs à jamais.

 

Ta consœur Asmaa, doctorante à l’IRCL.


 

Quand on apprend la mort de quelqu’un, les mots font souvent défaut pour décrire ce que l’on ressent. Et lorsque j’ai appris cette horrible nouvelle, toutes les conversations qui j’ai eues avec Fannel se sont enchaînées dans mon esprit. Nous avons parlé de beaucoup de choses, même de la mort. Nous avons passé d’agréables moments à l’IRCL où nous avons bien rigolé, mais nous avons aussi partagé des moments plus difficiles.

La vie est très courte : il y a une semaine je parlais encore avec lui, maintenant il n’est plus là; mais il a laissé de bons souvenirs chez chacun.e d’entre nous. C’est la meilleure de choses que l’on puisse laisser aux autres avant de quitter ce monde. La tolérance, l’amour, et la bonté sont des valeurs importantes que l’on doit posséder pour être en paix avec nous-mêmes, et Fannel les avaient.

J’adresse toutes mes chaleureuses condoléances à sa famille à Montpellier et au Gabon, et je pense très fort à sa femme et à son fils de trois ans que nous soutenons du fond du cœur. Je présente également mes condoléances à M. Franck Salaün qui encourageait Fannel à chaque fois qu’il passait dans les salles de travail de l’IRCL.

 

Bien cordialement, Mona