Doctorat et gestion du temps

Nadhir Douidi

Ce billet sur la méthodologie de la thèse s’adresse à celles et ceux qui sont en quête perpétuelle de moyens de motivation, ou qui trouvent dans leur thèse une belle et rare opportunité de surmenage et d’épuisement, psychologique et physique. Ni les un.e.s ni les autres ne peuvent évidemment s’épanouir…

  • À la recherche du temps perdu

     Gérer son temps fait partie, implicitement, de la formation du doctorant. C’est une véritable compétence que vous pourriez avec fierté valoriser sur votre CV, preuves à l’appui.

Souvent, vous avez l’impression de ne pas être productif, alors même que vous avez passé une journée entière devant votre écran d’ordinateur. Dans ce cas-là, posez-vous la question suivante : qu’avez-vous fait concrètement ?

Si on voudrait résumer une journée-type d’un.e. doctorant.e., on pourrait la présenter ainsi :
– Ouvrir son compte sur les réseaux sociaux
– S’informer de l’actualité
– Répondre à ses e-mails
– Discuter au téléphone (ou discussion de couloir avec des collègues)
– Pause-café
– Vérifier (de nouveau) ses e-mails
– Ah, j’oubliais presque : ouvrir son fichier Word pour commencer ou reprendre la rédaction
– Pause-déjeuner
– Chercher un article sur Internet, ou une thèse en bibliothèque
– Pause-café
– Etc.
Cette liste est longue, variable, et non exhaustive; l’essentiel est que la journée est bientôt terminée, et qu’il faut maintenant faire autre chose que « sa thèse ».

J’exagère un peu, ou pas. Ce qui est certain, c’est que le temps que nous passons à travailler est extrêmement réduit. Tant d’éléments perturbateurs, voulus ou non, viennent freiner le bon déroulement de la thèse. Il est difficile, voire impossible, de se consacrer entièrement à sa thèse, car la liste susmentionnée comporte des situations inévitables et indispensables aussi.

Mais réussir à réserver un nombre minimum d’heures dédiées à la rédaction de sa thèse est tout à fait concevable. Je vais donc partager avec vous mon secret : c’est la méthode Pomodoro.

En réalité, cette méthode n’a de secret -ou d’étrange- que son nom ! Connue et utilisée par beaucoup, elle existe même sous forme d’applications sur Smartphones. De quoi s’agit-il ?

Son principe est simple : cela consiste à démarrer un minuteur de sorte que le temps écoulé soit divisé en une séquence qui comporte quatre séries successives de périodes de travail et de courtes pauses. Par exemple: au démarrage du minuteur, vous travaillerez pendant 25 minutes, puis vous vous reposerez pendant 5 minutes, puis vous travaillerez pendant 25 minutes, et ainsi de suite, jusqu’à ce que deux heures de temps se soient écoulées. Après chaque séquence, vous vous reposerez pendant 15 minutes. De cette manière, vous aurez travaillé 25 minutes multipliées par 4, soit 1 heure et 40 minutes exactement.

Mais ce n’est pas tout : lorsque vous travaillerez, prenez soin de vous concentrer pleinement sur ce que vous faites, en mettant votre téléphone en mode silencieux, en vous déconnectant de Facebook, et même en vous interdisant de consulter vos courriels, si importants soient-ils.

Vous pouvez donc installer sur votre smartphone des applications qui utilisent la technique Pomodoro, ou ouvrir dans votre navigateur une page sur l’un des nombreux sites qui y sont consacrés. Je vous conseillerais le site suivant : http://www.minuteur-en-ligne.fr/minuteurs-pomodoro

Les chiffres 25, 5 et 15 sont un exemple, et ne constituent qu’une moyenne. Ils ont certainement été inspirés des résultats du test de vigilance conçu pendant la seconde guerre mondiale par le psychologue britannique Norman Mackworth (1917–2005). D’après ses conclusions, la vigilance commence à décroître après 30 minutes de concentration.

Mais rien ne vous empêche d’être à l’écoute de votre propre rythme de travail. Vous pouvez donc modifier ces périodes, en augmentant par exemple le nombre de minutes passées à travailler, ou en accroissant la durée des pauses (30 minutes au lieu de 15 par exemple). Selon une étude réalisée grâce au logiciel Desktime, qui a consisté à mesurer, sur la base de millions d’enregistrements d’activités numériques, le temps consacré aux distractions et au travail exigeant une forte concentration, il apparaît que les personnes les plus performantes ont suivi la structure de 52 minutes de travail suivies d’un repos de 17 minutes.

Les analyses menées grâce à Desktime ont également démontré que ces individus se reposaient loin de leur écran d’ordinateur. Par conséquent, lors de la pause, prenez de bons reflexes : buvez de l’eau, levez-vous, marchez, respirez… et surtout évitez de répondre à vos courriels ou d’avoir une conversation téléphonique.

Toujours est-il que les personnes les plus productives ont aussi leurs limites. L’expérience a en effet montré qu’il est très difficile de dépasser six heures de travail par jour. En fin de journée, comptabilisez combien de temps vous avez passé à travailler. Si vous avez atteint ces six heures, vous pourrez alors rentrer chez vous, ou sortir vous balader. En tout cas, votre journée a été bien remplie et votre nuit de sommeil n’en sera que meilleure.

  • Le temps retrouvé

     Quand on est épuisé, quand on a la flemme de travailler, quand on n’a pas trop le moral, il faut se rappeler qu’un doctorant est aussi (et avant tout, surtout) un humain .  Si dans les situations urgentes le plus sage est de se forcer de rédiger, on peut, pour éviter de se culpabiliser et de se noyer dans les remords et regrets, se (re-)mettre à travailler en se limitant aux tâches qui ne nécessitent pas de fournir de gros efforts de concentration. Le principe est simple : pour être efficace, profitez des moments où vous êtes le plus en forme et le plus motivé pour travailler sur les choses qui vous passionnent le moins, en cas de fatigue -morale ou physique-, consacrez-vous à ce qui, naturellement, vous intéresse. Par exemple : en ce qui me concerne, comme mon profil psychologique est de type « méthodique », je laisse de côté la rédaction et je dessine des schémas, je réorganise mon plan de rédaction, ou je fais des lectures sur la méthodologie de recherche, ce qui me demande moins d’efforts de concentration.

Cela suppose donc de respecter son rythme de vie et de s’écouter. La thèse n’est pas -seulement- un dépassement de soi : elle est aussi une opportunité pour mieux se connaître. Vous pourriez, comme le faisait le sociologue Howard Becker, vous imposer la rédaction de deux pages par jour. Mais vous pouvez aussi avoir votre propre rythme de travail, en rédigeant moins que deux pages par jour, par exemple. L’essentiel, c’est de respecter une certaine discipline et une certaine régularité.

  • Il n’y a pas que la thèse dans la vie !

     Parfois, faire une coupure n’apporte que du positif. Sachez prendre des périodes de repos bien méritées. Au pays du Soleil levant, tristement connu pour le surmenage au travail, les directeurs de grandes entreprises consacrent souvent un jour de repos hebdomadaire, en se ressourçant grâce au sauna, complété d’un repas frugal en bonne et nombreuse compagnie…

Respecter un jour de repos par semaine est essentiel. Vous pouvez travailler dur toute la semaine, mais ménagez-vous ce créneau hebdomadaire où vous ne penserez point à votre thèse, cela vous fera le plus grand bien.

Deux ou trois fois par an, ou au rythme des vacances scolaires, sachez aussi prendre plusieurs jours de repos de suite. Mais faites cela sans penser à quoi que ce soit qui se rapporte, de près ou de loin, à votre thèse.

Outre ces quelques conseils sur la gestion du temps, il est important aussi d’avoir une alimentation saine, équilibrée, de pratiquer une activité physique régulière, et de s’entourer de personnes qui n’appartiennent pas qu’au monde universitaire.

Si votre cercle d’amis est restreint, rappelez-vous le titre de cette oeuvre de Marcel Proust : La lecture est [aussi] une amitié. Ayez d’autres lectures que celles liées à votre thèse. On croit souvent, à tort, qu’il s’agit d’une perte de temps. La littérature, en vous enrichissant culturellement, en vous permettant de vous évader aussi, vous permet d’améliorer votre expression écrite, et d’avoir un style d’écriture moins rigide, plus agréable à lire.

 

Nadhir Douidi

 

Référence

http://letempsreconquis.fr/concentration-et-attention-en-profondeur-duree-ideale/ , consulté le 03/05/2018 à 20h13.

 


Une réflexion sur « Doctorat et gestion du temps »

  1. Merci Nadhir pour cet article positif, plein de bon sens et de bons conseils.
    J’aime tout particulièrement le fait de rappeler que nous sommes « humains » et non des machines de travail… J’aime aussi la conclusion avec la référence à M. Proust. Il est en effet très plaisant de côtoyer ces « amis » littéraires qui nous apportent tant. Qui sait (?!) d’ailleurs, si une phrase, un aphorisme, de ci de là, ne viendrait pas, par un heureux hasard, enrichir notre réflexion ou orienter notre recherche/pensée vers des territoires insoupçonnés !
    On pourrait ajouter que parfois, c’est en faisant autre chose (la vaisselle par ex.), que soudainement, nous viennent des éclairs de pensée, des avancées inattendues ! Les moments où on « lâche » l’affaire me paraissent donc d’une importance cruciale.
    Bien amicalement,
    Christine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *