Combattre le syndrome de la « page blanche » : remue-méninges et carte mentale

Nadhir Douidi

  • La méthode du remue-méninges (brainstorming)

       Si le-la doctorant.e doit régulièrement faire part à son directeur.trice de thèse de l’avancée de sa rédaction, la méthodologie d’écriture représente pour beaucoup un sujet quasi tabou dans la relation doctorant-encadrant.e. Peut-être que parce que lors de la soutenance, aucun des membres du jury ne sera intéressé par les processus mis en œuvre pour aboutir au travail « fini » que constitue la thèse. Il se peut également que la méthodologie de rédaction soit considérée comme acquise, le doctorant étant censé l’avoir développée et maîtrisée pendant ses années passées dans l’enseignement secondaire.

Or, ce qu’un.e jeune thésard.e appréhende le plus, c’est justement la rédaction de sa thèse. D’ailleurs, on fera à celui-ci/celle-ci autant de remarques sur le contenu de sa recherche que sur son propre style d’écriture. C’est pourquoi mes premiers billets s’attacheront à partager ma propre expérience d’écriture. Mais pas seulement. J’aborderai aussi d’autres questions, l’environnement de travail, la gestion du temps, et la notion de « cercle de la lecture » – selon l’expression d’Élie Ayache [1].

Nous avons tous et toutes été confronté.e.s au phénomène angoissant de la page blanche, qui consiste notamment à regarder sur l’écran de son ordinateur une page « Word » blanche, vide, et à garder les doigts sur le clavier en espérant qu’une muse descende des cieux, nous insufflant une inspiration débordante. Naturellement, rien ne se passe…

Un premier conseil à donner au-à la doctorant.e : soyez productifs. Plus facile à dire qu’à faire ? Non, pas tant que cela… La productivité commence par prendre conscience de ses propres limites, et de s’efforcer de les dépasser. Comment ? En laissant libre cours à son expression verbale, sans velléité de censure.

La méthode la plus appropriée est celle du remue-méninges (ou brainstorming, en anglais).

Prenez une feuille de papier, un tableau, tout support qui vous permet de rédiger (préférez l’écriture manuelle que sur ordinateur). Notez, au centre de la feuille, votre mot-clé. Ce dernier peut être un terme, une expression, une phrase courte. Mettez par écrit maintenant toutes les idées et les images qui vous traversent l’esprit, même si celles-ci ne semblent pas directement liées à votre sujet ou thématique de recherche. En effet, la faculté mentale de l’imagination suppose de ne pas s’autocensurer, de ne pas s’imposer de limites. Exemple : votre sujet de thèse est « l’effet de la météo sur la motivation dans le travail ». Vous serez donc probablement amené.e à noter des termes tels que météo, motivation, travail, études, beau temps, extérieur, intérieur, soleil, pluie, temps clair, temps gris, etc. Mais si l’image de pique-nique vous apparaît, n’hésitez surtout pas à la noter !

L’autre intérêt de la technique du remue-méninges est de procéder à des associations d’idées. Vous pouvez le faire sur une deuxième feuille de papier. Là aussi, ne réfléchissez pas à ce qu’il faut noter ou pas, mais écrivez sans modération. Vous pouvez indifféremment partir du général au particulier, ou l’inverse, du spécifique, au plus général.

Une fois toutes vos idées mises sur papier, vous pourrez désormais filtrer, supprimer, ajouter ou modifier vos notes. Il est aussi possible d’associer encore une fois d’autres termes ou expressions, qui au départ ne semblaient pas forcément liées entre elles. Cette technique s’avère également utile pour élaborer des fiches de lecture, sujet dont nous parlerons dans un prochain billet.

Un autre problème qui peut se poser à certains est le manque de concentration, ou la facilité à être distrait ou perturbé par des stimuli ou facteurs internes (formalités administratives longtemps délaissées, courses à faire pour la semaine, famille ou amis à appeler…) ou externes (désordre sur le bureau, vaisselle à faire…). Pour ma part, étant quelqu’un d’extrêmement distrait, notamment par l’environnement immédiat, j’ai trouvé la « parade » : c’est la méthode Pomodoro, que je présenterai dans un billet à venir.

  • La carte mentale

       La méthode du remue-méninges renvoie communément à la méthode de la carte heuristique, appelée aussi carte mentale, carte des idées, arbre à idées, schéma de pensée. La pratique des cartes mentales comme aide à la rédaction de thèse est une méthode prouvée et approuvée ; en témoigne par exemple une formation doctorale prévue cette année même à l’Université de Nantes « Utiliser des cartes mentales pour son doctorat ». Dans sa recherche, Loïc Avry, auteur de la thèse intitulée « Analyser les conflits territoriaux par les représentations spatiales : une méthode cognitive par cartes mentales » (2012), met en avant l’intérêt des cartes mentales qui dépasse même ses finalités pédagogiques, avec des enjeux économiques importants.

L’origine des cartes mentales remonte au Moyen-Age. On retrouve ainsi, chez le philosophe Ramon Llull (clin d’œil à la Bibliothèque de Lettres de l’Université Paul Valéry-Montpellier !) le dessin d’un arbre (l’arbre des sciences) dont certaines parties du tronc et des branches représentent certaines formes géométriquesqui ont pour but est de relier des concepts entre eux.

Lulle, R. (1295). Arbre de ciència.
http://data.bnf.fr/14480861/raymond_lulle_arbre_de_ciencia/#other-ressources

La carte mentale, comme son nom l’indique, reprend le principe du fonctionnement du cerveau : cela consiste, à la manière d’une toile d’araignée (ou, pour les arachnophobes, à la manière de la toile internet…), à tisser des liens entre plusieurs concepts, proches ou éloignés les uns des autres, à effectuer ensuite un tri entre ces concepts, puis à créer de nouveaux rapports, et ainsi de suite. La carte mentale se substitue de manière efficace et productive au texte linéaire ; elle respecte donc le fonctionnement de la faculté de penser, qui n’est ni chronologique, ni linéaire.

Les avantages de la carte mentale sont multiples : elle stimule, de manière complémentaire, les deux hémisphères du cerveau, et surtout l’hémisphère droit qui est le moins sollicité chez la plupart des gens et qui permet la représentation mentale au moyen d’images. Son intérêt va bien au-delà du simple remue-méninges dont je vous ai parlé au début de l’article.

Elle est utile pour ceux qui, comme moi, préfèrent les représentations visuelles. Elle favorise la mémorisation, l’apprentissage, le transfert de connaissances, la production d’hypothèses. Son utilisation peut concerner la prise de notes, le résumé, la structuration de projet, la révision, la mémorisation, etc.

Hormis la feuille de papier ou le tableau blanc, différents modèles numériques de cartes mentales existent, pour tous les systèmes d’exploitation : payants, gratuits, versions d’essai, en ligne. En fonction de vos besoins et envies, vous seriez attirés par l’un ou l’autre. Pour ma part, j’ai une préférence pour l’outil Freeplane : libre et gratuit, il permet de sauvegarder les cartes mentales sur son propre ordinateur ; il suffit juste de télécharger le logiciel ici, et de l’installer. Certains outils de cartes mentales en ligne permettent aussi un travail collaboratif à distance.

Passons maintenant à la pratique ! Notez votre idée centrale au milieu. La carte mentale se lit, par convention, de haut en bas, et dans le sens horaire. Pour faciliter le remue-méninges, nécessaire au départ, posez-vous les fameuses questions :qui ? quoi ?  ? quand ? comment ? combien ? et pourquoi ? (CQQCOQP). Les réponses à ces sept premières interrogations vous permettront de développer des branches radiantes qui donneront ensuite des ramifications selon une certaine hiérarchie. Après ce premier travail de remue-méninges qui opère par divergence (expression libre des idées) et par convergence (regroupement par catégories), vous procéderez à une structuration en catégories plus grandes (en évitant de dépasser neuf catégories). Enfin, préférez des mots-clés (noms, verbes) aux phrases, même si elles sont courtes. Cela vous épargnera la lecture textuelle et vous facilitera ainsi l’association d’idées. N’hésitez pas à utiliser des types et tailles de police différentes, des couleurs, des images.

Exemples de carte mentale en ligne sur http://www.wisemapping.com/

 

Carte heuristique Composantes de la situation d’enseignement-apprentissage, René Richterich (1985, pp. 6-8)

 

       En guise de conclusion (que nous pourrions tout à fait proposer pour les prochains billets), sortez des méthodes traditionnelles, libérez-vous du conformisme méthodologique, soyez un.e jeune chercheur.e indépendant.e et libre !

 

Nadhir Douidi

 

 

[1]Elena Georgieva, « La thèse du lecteur. L’écriture d’après la lecture », Acta fabula, vol. 9, n° 5, Mai 2008, URL : http://www.fabula.org/acta/document4144.php, page consultée le 16 mars 2018.

Références

Avry, L. Analyser les conflits territoriaux par les représentations spatiales : une méthode cognitive par cartes mentales. Thèse en Géographie. Université Rennes 2, 2012. Français. 〈NNT : 2012REN20032〉〈tel-00808779〉

La croisée approche optimale (2018). L’efficacité de la carte mentale. Disponible à l’adresse : http://www.mondeveloppement.com/fr/efficacite-de-la-carte-mentale.html , page consultée le 29 mars 2018.

URFIST de Paris. Cartes heuristiques : éléments théoriques et usages en contexte universitaire. Publié le 8 mars 2012. Disponible à https://fr.slideshare.net/URFISTParis/cartes-heuristiques-11922447 , page consultée 29 mars 2018.

URFIST de Rennes. Utiliser les cartes heuristiques pour l’enseignement et la recherche. Publié le 23 avril 2014. URL: https://fr.slideshare.net/UrfistRennes/stage-cartes-heuristiques-20140417-33839009 , page consulté le 29 mars 2018.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search