S’accrocher, persévérer et y croire : la thèse en sciences humaines n’est pas une fin en soi, c’est un début !

Asmaa Aoujil

La majorité d’entre nous se posent la question suivante : quel est le rôle de la littérature dans notre société ? Il convient de dire que, même quand j’étais enseignante contractuelle de français, lors d’une leçon de grammaire, cette question était sur la bouche de tous mes élèves :

— « Mais m’dame, ça va nous servir à quoi de connaitre les règles de la grammaire, les œuvres… ? »

Bonne question, n’êtes-vous pas d’accord ?

Il paraît si simple d’y répondre au début, tellement la réponse paraît évidente ! Détrompez-vous, ces futurs petits porteurs de flambeaux de notre société française ont plusieurs arguments pour rétorquer rapidement nos évidentes rétorsions.

— « Mais moi m’dame, je veux être un joueur de foot, je ne ferai pas de la grammaire en jonglant avec un ballon pendant un match de foot…hhh »

— « Je ne raconterai pas non plus l’histoire de Cosette pendant un match d’entrainement… » Toujours avec ce sourire naïf, mais sérieux. — « Oh oui ! Bien évidemment ! » répondis-je. « Néanmoins, si tu es un grand joueur, tu es un ambassadeur, il faut savoir bien parler pour bien se vendre. Le talent est nécessaire, nous sommes tous d’accord, mais être éloquent, ou plus exactement, parler correctement sa langue maternelle, avoir de la culture littéraire, c’est aussi un avantage pour toi en tant que futur champion français, cela permet de donner une bonne image de soi, mais aussi de bien représenter son pays et son patrimoine culturel. »

Il semble bien que ma réponse ne fût pas si convaincante que cela. Parce que l’un de mes élèves ne tardera pas à répliquer : « pour moi, ce qui compte c’est de gagner de l’argent, beaucoup d’argent ! »

Malheureusement, cet avis est aussi partagé par d’autres que ces collégiens. Nous pouvons comprendre qu’ils sont encore jeunes et immatures, mais c’est une question qui concerne toutes les générations confondues.

Faire des études pour se spécialiser dans un domaine précis soulève deux points essentiels : (1) notre passion pour le domaine étudié, (2) l’accès à un travail, une fin logique après plusieurs années d’études, parce que nous avons besoin de gagner notre vie. Ainsi, faire des études littéraires, et notamment en littérature française, parce que vous avez la vocation et l’envie de devenir professeur, est tout à fait logique. Mais étudier le français pour faire des recherches dans un domaine spécifique révèle l’importance de la conviction de la personne concernée, c’est à dire croire que cela pourrait amener ou changer quelque chose dans le mode de pensée connue jusqu’ici.

Toutefois, la recherche en sciences humaines ou littérature n’est pas chose aisée. Quand nous avons comme objectif de faire une thèse, les choses se compliquent. Préparer un doctorat en sciences humaines signifie, généralement, ne pas vouloir être professeur dans l’enseignement secondaire, et donc avoir envie d’enseigner à l’université et devenir maître de conférence, ce qui permet de continuer ses recherches. Ceci dit, même si la personne qui entame une thèse en sciences humaines en général et en littérature française en particulier est obnubilée et passionnée par son domaine de recherche, elle doit être convaincue qu’il y a des pistes de réflexion nouvelles qui n’ont pas été abordées et qui peuvent apporter quelque chose au monde de la recherche. Malheureusement, la qualité de la recherche n’est pas le seul critère de réussite pour un doctorant car les places sont comptées dans le milieu universitaire : la concurrence est rude et il faut vraiment se distinguer par le nombre de publication, l’originalité du travail, l’importance du thème sur lequel on travaille, et la nouveauté apportée aussi dans son domaine.

Tout simplement, il faut s’accrocher, persévérer et y croire, afin de construire un dossier solide pour que cela puisse aboutir.

L’acharnement au travail est le quotidien d’un doctorant, l’espoir, le désespoir, la solitude et les rencontres avec d’autres doctorants par le biais des laboratoires de recherche selon les domaines, constituent la vie quotidienne des thésards. Le collège doctoral propose des formations diversifiées pour permettre aux doctorants de se perfectionner dans un domaine précis, mais aussi pour définir leurs projets avec précision. Cependant ces formations proposées quoique abondantes, ne permettent pas, toutefois, à la plupart des doctorants d’y arriver.

En fin de thèse, et je peux apporter mon témoignage, je ne sais toujours pas ce que je ferai après la soutenance. Ainsi, ce moment, quoique redouté, n’est plus une fin en soi, c’est un début pour chercher et comprendre, ce que je suis capable de faire. Cela arrive un peu tard en ce qui me concerne, mais cela me permet d’avertir d’autres doctorants ou futurs doctorants, quand on choisit les sciences humaines, de savoir préalablement ce qu’ils veulent obtenir avec une thèse.

Je ne dis pas que c’est une perte de temps, mais le doctorat n’ouvre pas forcément les portes du monde professionnel comme on aurait pu l’imaginer, au contraire cela peut compliquer les choses, parce que trouver un travail avec cette qualification n’est pas aussi évident qu’il n’y parait.

Cela ne veut pas dire que je ne suis pas passionnée par mon sujet de recherche, au contraire, c’est ce qui me rend plus triste, car je ne souhaite pas que cette envie de partager, de chercher, de lever le voile sur plusieurs aspects dans un domaine donné disparaisse subitement.

Alors entamer des études en thèse est bien, c’est un appel aux passionnées. Mais il faut savoir rester réaliste : quel avenir m’attend après la thèse ?

Gardons espoir, et finissons par un point positif : les sujets de recherche en sciences humaines sont très enrichissants pour nous d’abord, pour les chercheurs et pour les futurs doctorants. N’oublions pas que quoiqu’il arrive, nous contribuons d’une façon ou d’une autre à l’avancée de la recherche, peu importe le poste que nous occuperons par la suite.

Ainsi la thèse n’est pas une fin en soi, c’est un début, mais sans le moindre regret !

 

Asmaa Aoujil


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search