Que faire si l’on s’aperçoit que son sujet de thèse est traité par quelqu’un d’autre?

Bérénice Rouaze-Battistini

Le début d’une thèse constitue un moment de réflexion particulièrement intense pour un(e) doctorant(e). En effet, il vous faut choisir votre sujet, ainsi que sa formulation, afin de ne laisser aucune place au hasard lors de la rédaction de votre projet de thèse.
En outre, au moment de votre inscription, votre directeur de thèse tout comme votre école doctorale attendent que vous soyez au fait de toutes les productions scientifiques passées et en cours en relation avec votre sujet, puisqu’il vous est interdit de traiter votre question de recherche de la même façon qu’un(e) autre chercheur(e). Il faut, dès lors, passer des heures sur votre ordinateur à éplucher le site thèse.fr[1] et penser à toutes les formulations possibles et imaginables que votre projet de thèse pourrait prendre. Ce travail sera à répéter tout au long de votre doctorat (pour éviter les mauvaises surprises).

Toi aussi ? C’est pas vrai !?!
     Hélas, cette vérification n’est pas toujours suffisante. En effet, thèse.fr ne regroupe que les thèses en cours et soutenues en France, depuis 1985, mais ne prend pas en compte celles en provenance d’autres pays, francophones ou non. Dès lors vous pouvez avoir la mauvaise surprise de vous apercevoir, au cours de votre doctorat, qu’une autre personne travaille sur le même sujet que vous. Et là, c’est la panique!        
En effet, l’engagement et l’investissement que vous demande la thèse vous rend très « possessif » de votre sujet, il vous « appartient ». Lorsque cette situation se présente, il vous faut contacter directement et au plus vite votre directeur de thèse afin que vous puissiez trouver ensemble les solutions adéquates, une sorte de « plan d’attaque ». En premier lieu, il vous faut savoir si cet autre étudiant a la même approche que vous du sujet traité, et s’il utilise la même méthodologie, ainsi que les mêmes bornes chronologiques etc. Pour ce faire, votre directeur de thèse peut contacter directement soit le(la) doctorant(e) soit/et son directeur de thèse, afin d’ouvrir un espace de dialogue propice et constructif pour les deux doctorants. Vous pouvez aussi, en amont, contacter vous-même cet(te) étudiant(e) afin de discuter directement avec lui/elle de vos sujets et de vous mettre d’accord sur vos méthodologies et bornes respectives, dans le but d’éviter toute redite dans vos publications futures et votre thèse. Cela peut donner lieu à une collaboration très bénéfique, voire à la publication d’articles en commun. Cette situation est loin d’être évidente et il est nécessaire de ne pas se « braquer » : ni vous, ni l’autre/le/la second (e) doctorant(e) n’est responsable de la situation et il vous faut donc y faire face ensemble et dans les meilleures conditions possibles. Finalement, pourquoi ne pas travailler ensemble ? Échanger ? Vous entraider ? Lorsqu’une situation délicate comme celle-ci se présente, la collaboration et le soutien entre doctorants vous sera toujours plus bénéfique que la haine de l’autre alors que ce dernier n’est même pas responsable de cette malheureuse conjoncture.

Recherche du sujet de thèse : bases de données disponibles
     La recherche sur thèse.fr est supposée éviter ce genre de situation, mais, comme je l’ai annoncé plus haut, elle n’est pas toujours suffisante. Pensez donc à vous tourner vers diverses bases de données nationales et internationales. Il faut savoir qu’en France, un grand nombre d’universités et de Grandes Ecoles en possession de l’habilitation à délivrer un doctorat favorisent l’accès, notamment en ligne, des thèses soutenues dans leurs enceintes. La liste présentée ci-après n’est pas exhaustive mais peut vous permettre de vous y retrouver dans cette immense toile qu’est internet et vous donner des pistes de recherche.

Si vous étudiez dans le domaine de la santé et des sciences je vous conseille de vous tourner vers le catalogue des thèses de la bibliothèque inter-universitaire de santé [2] qui regroupe une grande partie des sujets soutenues en France depuis des décennies, et qui se concentre sur des questions médicales, mais aussi de chirurgies dentaires, et depuis 1998 de biologies. Le Centre pour la Communication Scientifique Directe (CCSD) a aussi mis en place une base de données appelée TEL (thèses-en-ligne)[3], qui met à disposition, de façon gratuite, des ressources scientifiques et plus précisément des thèses soutenues, ainsi que des habilitations à diriger des recherches.

Si vous traitez plus de problématiques centrées sur le droit et la santé vous pouvez vous référer à la plateforme PEPITE[4] de l’Université de Lille 2. Cette dernière présente à la fois des thèses et des mémoires produits par ses étudiants, mais aussi des cours des comptes-rendus de conférences et des tutoriels issus des enseignants chercheurs lillois.

Si votre travail de recherche se centre sur l’éducation vous pouvez regarder du côté de l’Institut français de l’éducation de Lyon[5], qui a créé un portail regroupant la quasi-totalité des thèses traitant de problématiques éducatives et de formation soutenue depuis 2003. 

Enfin si vous suivez un cursus de sciences de l’ingénieur dirigez-vous vers l’OATAO[6]. Ce site web prend la forme d’archives ouvertes traitant des sciences de l’ingénieur et regroupant divers articles, chapitres d’ouvrages, comptes-rendus de conférences ainsi que des sujets de thèse traités dans ce domaine sur Toulouse. Sur le même principe, ParisTech propose la plateforme Pastel[7].

De nombreuses universités mettent en place des bases de données regroupant divers domaines académiques. Vous pouvez donc vous penchez sur la plateforme UPthèse[8] de l’université de Poitiers. Celle-ci propose de regrouper toutes les thèses soutenues depuis 2012, ainsi que certaines ayant pris fin entre janvier 2008 et juin 2012.

De la même manière, l’université de Lille 1[9] a créé sur son site un espace regroupant les thèses, les habilitations à diriger des recherches et les diplômes supérieurs de recherche produits par sa communauté de chercheurs. Vous pouvez aussi vous référer au site de l’Université de Lorraine qui présente un espace regroupant les thèses et les mémoires soutenues en son sein sous forme numérique.

De grandes bases de données françaises telles que le Catalogue Sudoc[10] recensent la plupart des thèses soutenues en France et provenant de toutes les disciplines académiques. Certaines y sont même en accès libre. L’université de Lille 3 met aussi à disposition une sorte de catalogue des thèses françaises appelé ARNT[11].

     Le travail sur les bases de données françaises n’est parfois pas suffisant, surtout si vous traitez un sujet à porté international. Par conséquent, vous pouvez également vous pencher sur les plateformes proposées par d’autres pays. Dès lors, on peut identifier le Networked Digital Library of Theses and Dissertations (NDLTD)[12] créé en novembre 1987, et qui a la volonté de regrouper le plus grand nombre de thèses proposées à travers le monde depuis 1996. Au niveau européen on retrouve le site DART-Europe[13] qui se compose de travaux universitaires issus de 28 pays européens. L’Australie propose depuis 2011 la plateforme Autralian Digital Theses program (ADT)[14] qui permet l’accès des thèses réalisées dans 22 universités de ce pays. Par la suite vous pouvez aussi regarder du côté de BICTEL[15]. Il s’agit du répertoire commun des thèses électroniques provenant de 9 universités belges faisant parties de la communauté française de Belgique. Du côté canadien, une grande partie de la production scientifique est accessible grâce au site thèse canada[16], qui concentre la recherche universitaire et doctorale issues de 70 universités depuis 1965. Le Royaume-Uni a lui aussi sa base de données, ethos[17], ressemblant quelque peu à notre thèse.fr. Les pays scandinaves ne sont pas en reste puisqu’ils ont mis en place la plateforme DIVA[18] dont le but est le regroupement des thèses et des travaux de recherches produits par 28 universités scandinaves. Enfin le réseau RERO (Suisse) a développé une e-bibliothèque nommée RERODOC et qui regroupe de nombreux livres, thèses et mémoires.

     Le choix de votre sujet de thèse ainsi que la vérification qu’il implique doit, par conséquent, être réalisé consciencieusement. Gardez à l’esprit que le domaine de la recherche universitaire est très vaste et qu’il n’est pas possible de tout voir. C’est pourquoi il  peut arriver de vous apercevoir, au cours de votre doctorat, qu’un autre chercheur traite un sujet semblable au votre. Votre positionnement est dès lors primordial et il vous faut prendre de la distance avec votre projet de thèse afin de trouver les solutions les plus adaptées.

 

Bérénice Rouaze-Battistini

 

 

[1] http://www.theses.fr

[2] http://www.biusante.parisdescartes.fr/chercher/theses/medecine.php

[3] https://tel.archives-ouvertes.fr

[4] http://pepite.univ-lille2.fr/index.html

[5] http://ife.ens-lyon.fr/vst/Recherches/AccueilTheses.php

[6] http://oatao.univ-toulouse.fr

[7] https://pastel.archives-ouvertes.fr

[8] http://theses.univ-poitiers.fr

[9] http://ori.univ-lille1.fr/index.html

[10] http://www.sudoc.abes.fr/xslt/

[11] http://www.diffusiontheses.fr/anrt-catalogue-theses-doctorat.html

[12] http://www.ndltd.org

[13] http://www.dart-europe.eu/basic-search.php

[14] http://www.caul.edu.au/caul-programs/australasian-digital-theses

[15] http://www.bictel.be

[16] http://www.collectionscanada.gc.ca/thesescanada/

[17] http://ethos.bl.uk/Home.do;jsessionid=D11C7314883080F7095FCFBC29E1C8D4

[18] http://www.diva-portal.org/smash/search.jsf?rvn=1&dswid=-4630


Une réflexion sur « Que faire si l’on s’aperçoit que son sujet de thèse est traité par quelqu’un d’autre? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.